Elisabeth Borne à Marrakech : "une mise en cause permanente ridicule", pour Jean-Christophe Lagarde

  • A
  • A
© Europe 1
Partagez sur :
Jean-Christophe Lagarde défend Elisabeth Borne, ministre des transports critiquée pour avoir pris des vacances à Marrakech en pleine grève, et dit préférer "un ministre reposé qui soit capable de bosser dès la rentrée qu'un ministre qui ferait semblant".
INTERVIEW

"Je lui souhaite de bonnes vacances et je trouve cette mise en cause permanente ridicule, déplacée, démagogique" : Jean-Christophe Lagarde ne goûte pas la polémique qui entoure les vacances de la ministre des transports, Elisabeth Borne, partie à Marrakech alors que la grève se poursuit en France. "Il ne faudrait plus que les ministres partent en vacances ? Un Français fait 35 heures, un ministre doit en faire 100 à 110 par semaine", enfonce le président du groupe UDI à l'Assemblée.

 

>> Retrouvez toutes les interviews politiques de votre grand journal du soir en replay et en podcast ici

 

Il défend qu'il "ne se passera rien entre le 25 et le 31 décembre", les rendez-vous étant pris à la rentrée pour la poursuite des négociations autour de la réforme des retraites. Jean-Christophe Lagarde dit aussi préférer "un ministre reposé qui soit capable de bosser dès la rentrée à un ministre qui ferait semblant et qui ne prendrait pas de vacances."

Ségolène Royal convoquée à l'Assemblée

Jean-Christophe Lagarde est également revenu sur la convocation de l'ambassadrice des Pôles Ségolène Royal à l'Assemblée Nationale, par de deux députés LREM et UDI. "Elle n'est jamais présente là où elle est censée représenter la France", explique-t-il, "elle doit venir expliquer son activité devant la représentation nationale".

L'ancienne ministre de l'environnement est soupçonnée d'avoir utilisé sa fonction d'ambassadrice à des fins personnelles, laissant de côté les impératifs de sa mission : "nous avons mis à sa disposition trois fonctionnaires et 100.000 euros de représentation, la moindre des choses est que l'on sache si la France est représentée dans ces deux régions très importantes", poursuit le député, qui rappelle que de nombreuses ressources convoitées se situent dans les pôles. 

Europe 1
Par Théo Mercadier