ÉDITO - Maracineanu veut des amendes contre les insultes dans le football : "Bravo, madame la ministre", salue Jean-Michel Aphatie

  • A
  • A
Partagez sur :
Choquée par les chants des Parisiens à destination des Marseillais et plus largement par les insultes dans le football, la ministre des Sports veut contraindre la Ligue et les clubs à des amendes. Une bonne chose, selon notre éditorialiste Jean-Michel Aphatie.
EDITO

"Ce n'est pas admissible" : en déclarant dimanche sur Europe 1 qu'elle voulait sévir contre les insultes dans le football, l'ancienne nageuse et actuelle ministre des sports Roxana Maracineanu a déclenché une polémique sur l'attitude des supporters dans ce sport. Pour notre éditorialiste Jean-Michel Aphatie, sortir de l'omerta qui régnait jusqu'à présent dans ce milieu pour toucher les clubs au portefeuille est nécessaire, comme il l'explique mercredi.

"Pour comprendre l'histoire, il faut la raconter depuis le début : dimanche 17 mars, la ministre des Sports Roxana Maracineanu assiste au match entre le Paris Saint-Germain et l'Olympique de Marseille dans la tribune officielle du Parc des Princes, à Paris. 

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

C'est une ancienne nageuse, vice-championne olympique en 1996, qui est devenue ministre des Sports en septembre dernier et qui, de son propre aveu, ne connaissait pas l'ambiance des stades et la culture du football avant d'accéder à ce poste. Ce qu'elle entend le 17 mars, à la tribune officielle, lui écorche les oreilles parce que les supporters parisiens chantent des chants contre les joueurs marseillais. Ce sont des chants homophobes.

Autour d'elle, tout le monde entend ça à chaque match. Ça ne les choque pas. Mais elle, qui n'a pas l'habitude, n'aime pas ce qu'elle découvre. Elle le dira dimanche dans l'émission de Lionel Rosso, Face aux auditeurs : 'Je ne vais pas répéter ici les insultes que j’entends dans les cris des supporters, qui sont soi-disant là pour encourager leur équipe alors qu'ils passent leur temps à dire des insanités sur l'autre équipe. On se permet dans le milieu du football de faire des choses qu’on ne peut pas se permettre par ailleurs.'

Ça parait naïf mais il faut réfléchir à la situation : quand tout le monde fait semblant de ne pas entendre les insultes homophobes, elles n'existent pas. Mais si quelqu'un dit : 'Vous entendez ? C'est scandaleux !', là, tout le monde est obligé de dire que c'est inadmissible et qu'il faut faire quelque chose.

C'est là que les difficultés commencent : visiblement, ils n'y avaient jamais réfléchi avant. Depuis dimanche, les dirigeants des clubs et la Ligue de football professionnel disent qu'ils sont prêts à faire de la sensibilisation, expliquer aux supporters que les insultes homophobes sont comme les insultes racistes, c'est-à-dire stigmatiser des gens, provoquer des douleurs et pourquoi pas appeler à la violence. Mais Roxana Maracineanu propose plutôt des amendes. C'est très bien qu'avec naïveté, la ministre des Sports ait posé ce débat-là et qu'on cherche à le régler, parce que tout ça est évidemment indigne. Bravo, madame la ministre."

Europe 1
Par Jean-Michel Aphatie