EDITO - "Macron a découvert que les maires votent et qu’il va avoir besoin de leur voix"

  • A
  • A
Partagez sur :
Le président de la République se rend mardi au congrès des maires de France. Pour deux raisons, selon notre éditorialiste Nicolas Beytout. D’abord parce qu’il a découvert que ces élus locaux entretiennent un lien privilégié avec les Français. Ensuite parce qu’ils sont aussi des Grands électeurs, et participent donc à l’élection des sénateurs.
EDITO

>> Le chef de l’Etat au Congrès des maires de France, c’est presque une tradition. Sauf qu’en 2018, Emmanuel Macron avait zappé le rendez-vous. Le président de la République est donc très attendu mardi. Lui-même sait à quel point l’événement est important, selon notre éditorialiste Nicolas Beytout.

Emmanuel Macron se rendra cet après-midi au Congrès des Maires de France où il prononcera un discours. Et il est très attendu. D’abord parce qu’il s’était défilé l’an dernier, ce qui avait été très mal pris par la communauté des élus municipaux. Les maires sont comme ça, rarement contents, et plutôt râleurs par principe, surtout lorsqu’ils se réunissent par milliers. C’est d’ailleurs un phénomène assez étrange : ils veulent plus de décentralisation, ils sont furieux de la suppression de la taxe d’habitation qui leur donnait la main sur une partie des finances publiques de leur ville, ils veulent plus d’autonomie, et en même temps, ils se roulent par terre si le chef de l’Etat ne vient pas leur parler.

Comme Emmanuel Macron est en pleine opération reconquête, après une première moitié de quinquennat où il a superbement ignoré les élus locaux, il viendra. Il fera un discours devant eux, et le Premier ministre clôturera leur congrès, en fin de semaine.

Découverte numéro un : les maires ont un lien fort avec les Français

En somme, tout ce qui compte dans la République se met à l’écoute des maires, c’est la nouvelle posture du pouvoir. Après avoir joué les fiers-à-bras sur le mode "on va tout renouveler, la vieille politique c’est fini", Emmanuel Macron, plusieurs de ses ministres et de nombreux députés - en fait tous les débutants en politique - ont redécouvert l’importance des maires.

Et ils ont redécouvert en particulier deux choses. La première, c’est évidemment le lien avec les Français, ces gens que le pouvoir ne connaissait pas en arrivant, et qui d’ailleurs ne l’intéressaient pas. Les maires - et on l’a vu de façon spectaculaire pendant toute la crise des "gilets jaunes" -, les maires ont un rôle essentiel dans la stabilité du pays. C’est donc bien de les écouter, ou au minimum de les considérer.

Découverte numéro 2 : les maires ont aussi des grands électeurs

Et la deuxième découverte faite par Emmanuel Macron, c’est que les maires votent, et qu’il va avoir besoin de leurs voix. Les maires, et un certain nombre de conseillers municipaux, font en effet partie des Grands électeurs, c’est-à-dire qu’ils votent pour élire les sénateurs. Et si vous n’avez pas de maires, ou de conseillers municipaux, dans votre camp, vous n’avez aucune chance de peser au Sénat. Les prochaines élections municipales seront donc doublement essentielles : d’abord parce qu’elles serviront de baromètre sur l’état réel de la majorité présidentielle. Mais surtout parce qu’elles enverront (ou pas) des bataillons d’électeurs pour les sénatoriales suivantes.

Donc le chef de l’Etat va les bichonner. Il va leur parler décentralisation, finances locales, il va expliquer comment freiner la disparition des services publics locaux, avec les Maisons France service, des sortes de points-contact des services publics. Et ça va marcher. Il sera bien accueilli. Car ils sont comme ça, les maires. Ils râlent, mais à la fin du discours, en bons républicains, ils applaudissent toujours.

Europe 1
Par Nicolas Beytout