ÉDITO - Après le départ d'Ismaël Emelien, Emmanuel Macron peaufine l'acte II du quinquennat

, modifié à
  • A
  • A
Emmanuel Macron 1280
Emmanuel Macron amorce le deuxième temps de son quinquennat, un peu moins de deux ans après son entrée à l'Élysée. © LUDOVIC MARIN / POOL / AFP
Partagez sur :

Pour notre éditorialiste Michaël Darmon, le départ annoncé du conseiller spécial d'Emmanuel Macron, Ismaël Emelien, amorce un nouveau temps du quinquennat. Reste que l'ampleur de la réorganisation présidentielle est encore inconnue.

EDITO

Lundi, le conseiller spécial d'Emmanuel Macron, Ismaël Emelien, a annoncé au Point qu'il allait quitter l'Élysée en raison, officiellement, de la sortie d'un livre sur le progressisme. S'il n'est pas le seul proche du chef de l'État à prendre du champ avec celui dont il a accompagné l'ascension, son départ confirme que l'entourage présidentiel se réorganise pour amorcer un nouveau temps du quinquennat, comme l'observe mercredi notre éditorialiste politique Michaël Darmon.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"Le départ annoncé du conseiller spécial Ismael Emelien n’est pas anodin : une mue s’opère à l’Élysée en même temps que la recherche des solutions à la crise politique. Si on reprend l’album photo des équipes au pouvoir, on arrive dans la période où l’on commence à compter les visages qui ne sont plus là.

Car deux ans à l'Élysée, ça use énormément. Au même stade, les équipes de Nicolas Sarkozy et de François Hollande changeaient également. La fatigue, la lassitude, les divergences et parfois l'envie de poursuivre son chemin sont présentes. Le départ annoncé d'Ismaël Emelien coche les cases. 

Certes, on sait que sa mise en cause dans l’affaire Benalla peut inciter à prendre du champ, mais il ne faut pas minorer les raisons de fond : Ismaël Emelien l’enchanteur, le patron des mormons d'Emmanuel Macron, l’intello tendance ermite, est un jeune homme aux convictions de gauche persuadé qu’il faut rompre avec les codes anciens de la politique et qu’il faut sortir du système tous les plus de 45 ans. Le problème, c'est justement sur ces méthodes à l’ancienne qu'Emmanuel Macron s’appuie pour relancer son quinquennat. Le président va vers ce système qu’il prétendait rejeter. Et c’est aussi en cela que le chemin avec son proche conseiller se sépare.

" D'autres départs sont prévus dans le cabinet présidentiel, dans le cadre renouvellement des équipes du président "

Pour sortir de la crise, les solutions ne sont pas encore tranchées. Après les réflexions sur le référendum couplé avec le scrutin des européennes, le 26 mai, voilà que certains conseillent au président de ne pas faire de référendum du tout quand d’autres préconisent deux consultations populaires.

Sur le fond, un virage pourrait également s'amorcer. Ismaël Emelien va publier un livre sur le progressisme. Est-ce une manière de rappeler à Macron comment revenir dans le chemin de ses promesses ? La question se pose. Faut-il taxer le capital ? En finir avec les niches fiscales pour les plus riches ? Toutes ces questions agitent les esprits et les couloirs au sommet de l’État.

Quoi qu'il en soit, d'autres départs sont prévus dans le cabinet présidentiel, dans le cadre renouvellement des équipes du président déclenché depuis le début de l’année. C’est à cela que l'on reconnaît toujours l'acte II d'un quinquennat : quant les photos des temps triomphants virent au sépia."