Dupont-Aignan abandonnera son siège de député national en cas d'élection à Strasbourg

  • A
  • A
Nicolas Dupont-Aignan a promis dimanche qu'entre son mandat de député et une éventuelle place au Parlement européen, il choisirait la seconde.
Nicolas Dupont-Aignan a promis dimanche qu'entre son mandat de député et une éventuelle place au Parlement européen, il choisirait la seconde. © JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :
Le député de l'Essonne s'apprête à conduire la liste de son parti, Debout la France, aux européennes. Il a assuré qu'en cas de victoire, il démissionnerait de son siège à l'Assemblée nationale.

Nicolas Dupont-Aignan, qui doit conduire la liste de son parti, Debout la France, aux élections européennes de mai, a assuré dimanche sur BFMTV qu'en cas d'élection, il siègerait à Strasbourg et cèderait son fauteuil de député à l'Assemblée nationale. 

"Un choix difficile". "Bien sûr", il siègera au Parlement européen s'il est élu, a assuré le député de l'Essonne, en reconnaissant "un choix difficile" mais en assurant qu'il était "totalement engagé". "Parce que j'ai la passion de mon pays, mais parce que je considère que nous sommes à un moment historique européen", a-t-il ajouté. L'Europe "s'autodétruit" : "d'ailleurs, à chaque fois qu'il y a un vote, les peuples votent contre", a fait observer le député souverainiste, en référence notamment au scrutin de 2005 sur le projet de Constitution européenne, rejeté par les Français. 

Admirateur de Salvini et Orbán. Nicolas Dupont-Aignan s'est en outre "réjoui" que "partout dans l'Europe des peuples, des nouveaux leaders émergent", en citant le chef du gouvernement italien, Luigi di Maio, du Mouvement 5 étoiles (populistes), et son ministre de l'Intérieur, le leghiste Matteo Salvini (extrême droite). "Je remarque d'ailleurs qu'ils ont 70% de popularité parce qu'ils défendent leur pays et ils veulent rester dans l'Europe, mais ils veulent revoir complètement les règles." Nicolas Dupont-Aignan a en outre adressé un satisfecit au Premier ministre hongrois d'extrême droite Viktor Orbán : "Tout le monde (le) critique, ce n'est pas parfait, sans aucun doute, (mais) il y a pas d'immigration - il l'a bloquée -, il y a 5% de chômage, il y a la sécurité, les entreprises affluent..."

7% d'intention de vote. "Donc, je trouve très curieux la manière dont on informe les Français quand on a un chef d'État qui été réélu trois fois" ou ceux "qui gouvernent en fonction de leur population et qui veulent construire une Europe qui protège de l'immigration massive", a encore relevé le leader souverainiste. La liste de Debout la France est créditée, dans les derniers sondages, d'environ 7% d'intention de vote aux Européennes du 26 mai.