Débat pour les Européennes : vif échange entre Marine Le Pen et Laurent Wauquiez

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Au cours d'un débat sur France 2, Marine Le Pen a vertement répliqué à son adversaire Laurent Wauquiez lorsque celui-ci évoquait son débat jugé raté de l'entre-deux-tours. "J'espère qu'un jour vous aurez la possibilité de faire un débat au second tour de la présidentielle", a-t-elle rétorqué.

Marine Le Pen s'est moquée mercredi soir de Laurent Wauquiez qui lui rappelait son débat jugé raté de la présidentielle, en lui souhaitant d'accéder "un jour", comme elle, au second tour de ce scrutin.

"Je sais que vous êtes un peu stressé, mais laissez-moi parler"

"Laurent Wauquiez, quand il s'agit d'augmenter le pouvoir d'achat, pour vous, il n'y a jamais les moyens", a lancé la présidente du Rassemblement national au président des Républicains, lors d'un débat sur France 2 en vue des élections européennes dimanche.

Les échanges portaient sur une TVA à 0% sur les produits de première nécessité, mesure sur laquelle les six participants ont voté "pour", sauf le président des Républicains. Alors que Laurent Wauquiez évoquait "des promesses qui n'ont pas de sens", Marine Le Pen lui a demandé de la "laisser parler". "Je sais que vous êtes un peu stressé, mais laissez-moi parler", a-t-elle ajouté.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Jugée "agressive", Marine Le Pen a répliqué

Le chef de LR lui a alors fait remarquer qu'elle était, selon lui, "agressive", en se demandant si la finaliste malheureuse de la présidentielle en 2017 n'était "pas à nouveau dans ce tempérament du second tour de la présidentielle", dans une allusion au débat jugé raté de Marine Le Pen face à Emmanuel Macron. "Vous savez quoi, Laurent Wauquiez ? J'espère qu'un jour vous aurez la possibilité de faire un débat au second tour de la présidentielle", lui a-t-elle rétorqué.

La tête de liste des écologistes d'EELV Yannick Jadot s'est alors exclamé que "franchement, ils sont très bien ensemble", quand la tête de liste Insoumise, Manon Aubry, a tenté de s'immiscer dans l'échange : "Coucou on est là !".