Covid-19 : les coulisses des arbitrages du gouvernement, avant les annonces de Castex

, modifié à
  • A
  • A
Jean Castex 1:19
Couvre-feu pour le 31 décembre, réouverture reportée des lieux culturels : les coulisses des arbitrages du gouvernement © BENOIT TESSIER / POOL / AFP
Partagez sur :
Le Premier ministre Jean Castex a annoncé jeudi de nouvelles mesures qui entreront en vigueur le 15 décembre prochain, pour un allégement du confinement plus strict que prévu. Les arbitrages ont notamment été finalisés mercredi, après de longs échanges entre le chef du gouvernement et le président de la République, Emmanuel Macron. 

Jean Castex a détaillé ce jeudi les nouvelles modalités du déconfinement progressif pour lutter contre l'épidémie de Covid-19. Ces arbitrages, dont une partie a été finalisée mercredi soir, sont le fruit de longues discussions. A la suite d'échanges, notamment, entre Emmanuel Macron et son Premier ministre.  C'est notamment à ce moment que le sort des établissements accueillants du public a été tranché. L'ouverture des cinémas, théâtres, musées sera repoussée de trois semaines : la ligne se veut ferme.  

"Roselyne Bachelot a défendu la culture mais ça n'a pas suffi", décrypte un proche du Président. Bien qu'Emmanuel Macron avait initialement esquissé une possible réouverture la semaine prochaine des lieux culturels, le chef de l'Etat n'a "pas eu d'hésitation", selon l'un de ses amis. "Une décision particulièrement douloureuse", affirme Jean Castex. Mais en privé, le Premier ministre assume : "Nous avions le devoir de nous adapter". 

Un arbitrage attendu sur le 31 décembre

Le chef du gouvernement a également obtenu un arbitrage important sur le 31 décembre. En effet, Jean Castex poussait depuis plusieurs jours pour restreindre les possibilités de fêter pour le réveillon. Résultat : pas d'assouplissement du couvre-feu à la Saint-Sylvestre. L'exécutif plaide la "cohérence" face à l'épidémie et espère l'adhésion des Français. Une exigence sanitaire, autant que politique pour Emmanuel Macron. 

Europe 1
Par Jean-Rémi Baudot, édité par Mathilde Durand