Coronavirus : les musées prêts à des efforts notamment sur les jauges

  • A
  • A
Dès qu'il y aura "stabilisation de la décrue de cette pandémie, le top-départ d'ouverture pourra être donné", a promis Roselyne Bachelot
Dès qu'il y aura "stabilisation de la décrue de cette pandémie, le top-départ d'ouverture pourra être donné", a promis Roselyne Bachelot © THOMAS SAMSON / AFP
Partagez sur :
À l'issue d'une "réunion très constructive" avec plusieurs responsables de musées et de monuments, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot s'est félicitée de la volonté de ces derniers à faire des concessions pour rouvrir le plus tôt possible. Dès qu'il y aura "stabilisation de la décrue de cette pandémie, le top-départ d'ouverture pourra être donné", a-t-elle promis.

Les musées et monuments publics et privés se sont montrés disposés à "vraiment assurer la sécurité d'un modèle résilient", y compris en durcissant les jauges, pour pouvoir rouvrir dès que possible, lundi lors d'une "réunion très constructive", a déclaré Roselyne Bachelot. La ministre de la Culture venait de réunir via zoom, en présence de son homologue de la Santé Olivier Véran, quelque 35 responsables de musées, centres d'art, monuments publics et privés pour une réunion de deux heures.

Bâtir "un modèle qui permette à nos établissements de fonctionner"

Il s'agit de bâtir "un modèle qui soit absolument sûr sur le plan sanitaire et qui permette à nos établissements de fonctionner", a-t-elle insisté en marge d'une visite à la manufacture de porcelaine de Sèvres, en soulignant l'importance de la participation de Olivier Véran. "Globalement, a-t-elle relevé, j'ai senti un tel désir de rouvrir qu'ils sont disposés à durcir, à vraiment assurer la sécurité d'un modèle résilient sur les jauges". Elle a cité "une très grande ouverture à passer de la jauge de 4 m2 du premier confinement à une jauge de 10 m2".

Les responsables des musées et centres d'art sont aussi prêts à "réfléchir sur les heures d'ouverture pour faire en sorte que les flux ne soient pas au moment où les transports en commun sont les plus sollicités", a-t-elle précisé. "Il faut aussi faire en sorte que soit nommé dans chaque entreprise un référent anti-covid qui soit là non seulement pour vérifier que les normes sont bien respectées mais aussi pour faire de la formation aux agents et aux visiteurs". Elle dit avoir rassuré "dès le départ" ses interlocuteurs sur sa volonté de leur "laisser une partie d'autonomie, de responsabilité, pour tenir compte des spécificités".

 

 

Un "top-départ" dès la "stabilisation de la décrue" 

"On aurait pu penser à des positions très opposées" mais "on a toutes sortes de propositions qui convergent dans le bon sens". Roselyne Bachelot leur a laissé "toute la journée pour qu'ils m'envoient leurs réflexions, et d'autres propositions s'ils le jugent bon". Dès qu'il y aura "stabilisation de la décrue de cette pandémie qui est encore à un niveau très très élevé, le top-départ d'ouverture pourra être donné", a-t-elle promis. Interrogée sur un accès prioritaire des jeunes, Roselyne Bachelot a souligné que, les vacances scolaires se prolongeant en mars selon les zones, "nous avons du temps pour y réfléchir". "Des classes entières, ce sera difficile. Mais de petits groupes scolaires pourront être envisagés à la rentrée des vacances", a-t-elle assuré.