Coronavirus : "Le temps du confinement peut durer encore quelques semaines", estime Édouard Philippe

, modifié à
  • A
  • A
Le Premier ministre a annoncé une série de mesures qui durcissent le confinement.
Le Premier ministre a annoncé une série de mesures qui durcissent le confinement. © Capture LCI
Partagez sur :
Invité du JT de 20 heures de TF1, le Premier ministre Édouard Philippe a estimé lundi que le confinement ne prendrait pas fin avant plusieurs semaines. 

Il a préparé le terrain (et les esprits) à une prolongation. "Le temps du confinement peut durer encore quelques semaines" pour lutter contre le coronavirus, a affirmé lundi le Premier ministre Edouard Philippe sur TF1, sans davantage de détails.

"Le temps normal [...] n'est pas pour demain"

"Le temps normal n'est pas pour demain. (...) Ce temps du confinement peut encore durer quelques semaines", a affirmé le Premier ministre, évoquant de nouvelles mesures dès mardi matin, dont la fermeture des marchés ouverts, sauf rares exceptions en milieu rural. "Sortir pour promener ses enfants ou faire du sport c'est dans un rayon de 1 km de chez soi, maximum pour une heure, tout seul et une fois par jour", a encore précisé le chef du gouvernement alors que les sanctions ont été durcies pour ceux ne respectant pas les mesures restrictives.

1.500 euros d'amende en cas de récidive "dans les 15 jours"

Cela signifie notamment "qu'il faudra dater et donner l'horaire" de sortie sur l'attestation de déplacement dérogatoire que tout Français doit porter sur lui lorsqu'il sort de son domicile depuis le début du confinement mardi dernier. Par ailleurs, les 135 euros d'amende forfaitaire doivent passer à 1.500 euros en cas de récidive "dans les 15 jours", et "quatre violations dans les trente jours" pourront valoir "3.700 euros d'amende et six mois de prison au maximum".

Le Premier ministre a lancé un "appel solennel" aux Français à respecter "très très strictement les règles du confinement. Le coronavirus a tué 860 personnes dans l'Hexagone depuis le début de l’épidémie et 2.082 patients étaient lundi soir en réanimation, a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran qui promet des tests de dépistage rapide dans les prochaines semaines.