Coronavirus : comment les ministres s'adaptent-ils au confinement ?

  • A
  • A
Le Conseil des ministres doit aménager son fonctionnement.
Le Conseil des ministres doit aménager son fonctionnement. © Bertrand GUAY / AFP
Partagez sur :
Comme au printemps, le gouvernement va devoir revoir son mode de fonctionnement pour ce nouveau confinement. Les ministres ont notamment pour consigne de limiter leurs déplacements officiels, tandis que les cabinets ministériels doivent fonctionner avec au moins 50% des effectifs en télétravail. 

Instauré à partir de vendredi pour faire face à la crise du coronavirus, le nouveau confinement concerne tous les Français, y compris ceux du gouvernement. L'exécutif doit ainsi adapter son mode de fonctionnement, comme au printemps dernier, entre Conseils des ministres en petit comité et déplacements officiels limités. 

Depuis le premier confinement, les Conseils des ministres n'ont jamais retrouvé leur cours normal : pas plus de six ou sept ministres présents physiquement autour du président, et tous les autres en visioconférence. Le fonctionnement ne sera donc pas bouleversé. "On a pris l'habitude", glisse l'un d'eux.

Les déplacements officiels "limités"

Toutes les réunions interministérielles, à plus de 6, elles, se feront à distance, malgré la lassitude de certains ministres qui confient "ne plus en pouvoir des réunions zoom". Des ministres qui ont reçu la consigne de Matignon : les déplacements officiels devront être "limités" et "uniquement consacrés à la gestion de crise", et après autorisation du cabinet du Premier ministre. L'objectif est de permettre aux préfectures et autres services locaux de l'Etat de se concentrer sur la crise sanitaire, et pas sur des visites gouvernementales.

Quant aux cabinets ministériels, ils vont revenir au mode de fonctionnement du printemps, avec au moins 50% des effectifs en télétravail. "On retourne en mars, glisse un conseiller, on sera peu nombreux au bureau. La seule différence, c'est qu'on porte des masques."

Europe 1
Par Aurélie Herbemont, édité par Antoine Terrel