Comptes de campagne Macron : Faure souhaite une enquête du parquet financier

  • A
  • A
"On découvre qu'il y a des ménages et des mélanges qui sont très curieux, dans cette campagne", a dit Olivier Faure.
"On découvre qu'il y a des ménages et des mélanges qui sont très curieux, dans cette campagne", a dit Olivier Faure. © AFP
Partagez sur :
Le premier secrétaire du parti socialiste souhaite que le parquet national financier "puisse s'autosaisir" à propos des avantages qu'aurait reçus Emmanuel Macron, lors de la présidentielle de 2017.

Le premier secrétaire du parti socialiste Olivier Faure a souhaité dimanche que le parquet national financier "puisse s'autosaisir" à propos des avantages qu'aurait reçus Emmanuel Macron, de la société GL Events, lors de la campagne présidentielle de 2017.

"Je souhaiterais aujourd'hui que le parquet financier, s'il pense qu'il y a matière à enquêter, puisse s'autosaisir et faire en sorte qu'il y ait un droit de suite judiciaire", a indiqué le député, invité de Questions politiques sur France Inter/franceinfo/Le Monde.

Vérifier "le conflit d'intérêt". "On découvre qu'il y a des ménages et des mélanges qui sont très curieux, dans cette campagne, il y a une espèce de connivence", a-t-il ajouté. "Il y a des salariés de GL Events qui sont venus travailler dans la campagne", a-t-il ajouté, ils "ont été des amis utiles dans la campagne et visiblement auteurs de cadeaux". "Je voudrais que nous puissions vérifier que le conflit d'intérêts n'a pas été au-delà de l'élection présidentielle. Il faudrait vérifier que cette entreprise n'a pas bénéficié, depuis, de contrats avec la puissance publique", a-t-il dit.

Des comptes "très sincères". Selon le site d'informations Médiapart, la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) "a relevé les promotions exceptionnelles, parfois 'd'un pourcentage anormalement élevé'", accordées par le champion de l'événementiel GL Events à l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron, élu président le 7 mai 2017. Jeudi, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a assuré que les comptes de la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron étaient "les plus sincères de tous".