Comment Macron veut reprendre la main après le remaniement

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
En difficulté dans les sondages, le chef de l'État s'apprête à ajuster le fonctionnement de sa majorité, de son parti et de son cabinet après plusieurs séquences difficiles.

Une semaine après le départ fracassant de Nicolas Hulot, c'est donc François de Rugy qui est devenu mardi le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire. Mais l'ancien responsable EELV est-il "promu ou puni" ? C'était l'interrogation d'un ministre important, après l'annonce de cette nomination. À l'Assemblée nationale, il n'y aura en effet pas grand monde pour regretter François de Rugy.

Ferrand au perchoir ? Mais à ce stade, le vrai remaniement est celui de la majorité et de la direction de la majorité. Le président Macron a été en fait agacé par la gestion de l'affaire Benalla : à l'Assemblée, le président Rugy n'a pas pu empêcher la suspension des travaux législatifs et au groupe LREM, Richard Ferrand n'a pas pu empêcher des voix contestataires au moment du texte asile-immigration, au printemps.

>> De 5h à 7h, c’est “Debout les copains” avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

C'est donc un mouvement vers le haut : Richard Ferrand au perchoir et un chef à poigne pour diriger les marcheurs parce que les temps à venir s'annoncent difficile : il va falloir serrer les rangs avant un calendrier parlementaire chargé pour cette rentrée. Il faut malgré tout garder à l'esprit que le député du Finistère n'est pas encore élu. Même si le choix est interne, on verra comment la campagne va se passer. Des réflexions existent aussi depuis plusieurs mois autour du fonctionnement de La République en marche qui, pour l'Élysée, n'est pas exactement en ordre de marche.

Retrouver la baraka des débuts. Au palais, on l'avait déjà évoqué, le remaniement est en route. Le 15 septembre, la réorganisation au sein du cabinet présidentiel sera effective. Objectif : retrouver la baraka des origines, quand Emmanuel Macron a eu 15 mois sans nuages. Il a aussi prouvé sa capacité à remonter du fond des sondages mais cette fois-ci le défi est quand même plus élevé : il faut tourner la page de cette rentrée et écrire une nouvelle relation avec les Français qui lui opposent aussi leur "en même temps", intéressés mais avant tout impatients.

Europe 1
Par Michaël Darmon, édité par Thibaud Le Meneec