Aurore Bergé favorable à la suppression d'un jour férié supplémentaire

  • A
  • A
Aurore Bergé, porte-parole LREM, est favorable à ce que les Français travaillent plus.
Aurore Bergé, porte-parole LREM, est favorable à ce que les Français travaillent plus. © AFP
Partagez sur :
La porte-parole LREM s'est dit "persuadée" que les Français seraient d'accord "si 100% des recettes de la journée de solidarité sont consacrées à la baisse de leurs impôts ou au financement des Ehpad".

Supprimer un jour férié supplémentaire ? Aurore Bergé estime dans Le JDD que "c'est un premier pas nécessaire". Pour la députée et porte-parole LREM, l'État doit en effet trouver des ressources, et cela "peut venir d'une augmentation du temps de travail". Un moyen de mettre en oeuvre ce "travailler plus" serait de "passer par la création d'une nouvelle journée de solidarité pour financer la prise en charge de la dépendance et du grand âge". 

"Je suis persuadée que les Français sont d'accord pour travailler plus si on explique que 100% des recettes de la journée de solidarité sont consacrées à la baisse de leurs impôts ou au financement des Ehpad", a ajouté Aurore Bergé dans les colonnes de l'hebdomadaire du septième jour. Est-ce parce qu'on ne le leur a pas expliqué ou parce qu'ils n'y croient pas ? En tout cas, les Français sont majoritairement en désaccord avec l'affirmation selon laquelle ils doivent "travailler davantage", selon un sondage Ifop publié dans le JDD

Une courte majorité de Français opposée à travailler plus

Dans le détail, 54% d'entre eux y sont opposés. C'est particulièrement vrai des sympathisants de gauche (62% de ceux du PS, 65% de ceux de la France insoumise) et du Rassemblement national (67%). Mais les disparités sont aussi importantes selon l'âge des répondants. Les plus de 65 ans, c'est-à-dire probablement une majorité de personnes qui ne travaillent pas ou plus, sont favorables à 67% au fait de travailler plus. À l'inverse, au-dessous de 35 ans, 56% des répondants sont contre.

Un second clivage s'observe selon les activités exercées par chacun. Travailler plus convainc 55% des artisans et commerçants et 61% des dirigeants d'entreprise. Mais seulement 39% des salariés du privé, 35% des salariés du public, 29% des ouvriers et 26% des demandeurs d'emploi.