Retraites : les pistes des syndicats pour compenser l'abandon de l'âge pivot

, modifié à
  • A
  • A
1:17
© FRANCOIS GUILLOT / AFP
Partagez sur :
Après le retrait provisoire de l'âge pivot annoncé par le Premier ministre Édouard Philippe ce samedi, les syndicats doivent trouver les fonds pour que le futur système des retraites soit à l'équilibre en 2027. Selon le gouvernement, ils doivent même trouver 12 milliards d'euros. Faute de quoi, l'âge pivot risque fort de revenir sur le devant de la scène. 

Où les syndicats vont-ils trouver les 12 milliards d'euros nécessaires pour que le futur système des retraites soit à l'équilibre d'ici 2027 ? C'est la question qui se pose après le retrait temporaire du très contesté âge pivot annoncé par Édouard Philippe ce week-end pour tenter de calmer la grogne contre la réforme des retraites et trouver une sortie de crise à la grève qui s'apprête à entrer dans son 41ème jour.

Utiliser des réserves... ou miser sur l'emploi des seniors

La piste la plus souvent citée par les syndicats, notamment par la CFDT et l'Unsa, c'est l'utilisation d'une partie des réserves qui existent justement pour passer des caps difficiles ou pour gérer les transitions, qu'il s'agisse du fonds de réserve des retraites crée par Lionel Jospin en 2001, et qui pèse aujourd'hui environ 30 milliards d'euros, ou des réserves des retraites complémentaires du privé (Agic-Arrco), qu'on estime à 70 milliards d'euros.

Une piste à laquelle n'a pas fermé la porte Sibeth Ndiaye. Invitée de la matinale de Matthieu Belliard ce lundi matin, la porte-parole du gouvernement a tout de même précisé que ce prélèvement devra rester limité, car on risque d’avoir besoin de ces réserves par la suite.

Autre piste évoquée par les syndicats : prolonger la cotisation pour le remboursement de la dette sociale, la CRDS, qui doit normalement s'arrêter en 2024. Sauf que cette manne est aussi convoitée pour financer la dépendance…

Enfin, il y a un autre levier, le surcroît de cotisation. D'après les syndicats, il découlera forcément de l'amélioration de l'emploi des seniors, un des chantiers sur lequel le patronat est attendu.

Faute d'accord, un retour de l'âge pivot ? 

Si les syndicats, qui ont trois mois pour proposer une solution, n'arrivent pas à leurs fins (ou ne convainquent pas le gouvernement), il faut s'attendre à un rétablissement de l'âge pivot, ou à tout le moins d'une mesure substitutive, l'exécutif se donnant la possibilité de "prendre par ordonnance les mesures nécessaires pour atteindre l'équilibre d'ici à 2027", précisait d'ailleurs le Premier ministre.

Europe 1
Par Olivier Samain, édité par Ugo Pascolo