Radio France : Mathieu Gallet renonce à une procédure d'urgence contre sa révocation par le CSA

  • A
  • A
Mathieu Gallet se laisse néanmoins le temps d'étudier "juridiquement" la décision du CSA (image d'archives)
Mathieu Gallet se laisse néanmoins le temps d'étudier "juridiquement" la décision du CSA (image d'archives) © Thomas SAMSON / AFP
Partagez sur :
Mathieu Gallet a annoncé jeudi qu'il ne contesterait pas sa révocation par le CSA du poste de directeur de Radio France à travers le procédé de référé suspension auprès du Conseil d'État.

Le patron de Radio France Mathieu Gallet a annoncé jeudi qu'il avait renoncé à contester sa révocation par le CSA via un référé suspension auprès du Conseil d'État, une procédure d'urgence, mais qu'il se réservait la possibilité d'intenter un recours ultérieurement contre cette décision qu'il juge "contestable".

Gallet prendra le temps d'étudier "juridiquement" la décision. "C'est une décision qui, je trouve, est contestable juridiquement, donc je regarderai ces questions-là", mais "pas en référé suspension" [une procédure qui aurait pu permettre son maintien en poste le temps que le Conseil d'État se prononce], a expliqué le dirigeant sur le départ, au micro de France Inter. Cependant "j'ai encore quelques semaines pour pouvoir regarder [la possibilité d'un recours] au fond, non pas pour m'accrocher à cette maison, à ce poste, mais pour que le droit et tout le droit soit dit", a déclaré Mathieu Gallet.

Pas de "système idéal" de nomination des dirigeants, selon Gallet. Concernant la réforme de l'audiovisuel public que prépare le gouvernement, Mathieu Gallet a souligné qu'il n'y avait pas de "système idéal" pour la nomination des dirigeants des entreprises du secteur, mais que le système actuel, dans lequel le CSA nomme les dirigeants, avait "pour avantage de ne pas avoir ce soupçon (...) de liens avec l'État". "Cette nomination par une instance indépendante, qu'a voulue François Hollande à l'époque, a cet avantage-là", a-t-il ajouté.

Un nouveau système à étudier. Quant au futur système voulu par le président, dans lequel les patrons de l'audiovisuel public seront désignés par les conseils d'administration des entreprises concernées, il est "certainement intéressant, mais il faudra voir comment le conseil d'administration est composé, parce qu'évidemment s'il n'est là que comme prétexte, il ne servira à rien et notre Constitution qui reconnaît l'indépendance, le pluralisme et la liberté des médias aura certainement à en dire", a estimé le patron de Radio France.

Après son départ, Gallet va "chercher du boulot". Interrogé sur ses projets, alors que son départ de Radio France a été fixé au 1er mars, et qu'il s'apprête à y passer ses dernières heures, Mathieu Gallet a répondu : "Je vais partir quelques jours en vacances, et après je vais chercher du boulot, comme beaucoup de Français".

"C'est ce que j'ai dit à mes parents qui étaient inquiets pour moi. Vous savez chaque jour dans ce pays il y a des gens qui se font virer et pas forcément dans les mêmes conditions que moi, alors je ne vais pas me plaindre". Le CSA a décidé de mettre un terme aux fonctions de Mathieu Gallet après sa condamnation pour favoritisme lorsqu'il dirigeait l'INA, répondant aux vœux du gouvernement qui réclamait son départ.