Plusieurs célébrités dans un spot gouvernemental contre les violences faites aux femmes

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Vingt-cinq secondes de vidéos pour ce 25 novembre. En cette journée internationale contre la violence à l'égard des femmes, le gouvernement lance un spot dans lequel plusieurs personnalités, dont les journalistes Anne-Claire Coudray et Harry Roselmack, rappellent les numéros à joindre pour les victimes ou les témoins de violences. 

Le gouvernement lance une nouvelle campagne, mercredi, à l'occasion de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Plusieurs célébrités telles que Harry Roselmack, Anne-Claire Coudray, Karin Viard ou encore Thomas Pesquet participent à un spot du gouvernement pour la prévention des violences faites aux femmes. Pendant 25 secondes pour ce 25 novembre, plusieurs personnalités se succèdent à l'écran en rappelant les solutions de soutien ou d'urgence pour les victimes de violences. Ce sport est diffusé à la radio, à la télé et sur les réseaux sociaux. 

"Il n'y a pas que les victimes dans cette histoire, il y a nous tous"

Interrogée mercredi sur Europe 1, la journaliste de TF1, Anne-Claire Coudray, assure n'avoir pas hésité à participer à cette campagne, particulièrement importante en cette année de confinement pour cause de Covid-19, où des femmes victimes de violence ont parfois été enfermées chez elles avec leur agresseur.

Elle explique l’importance de diffuser le plus largement possible cet éventail de solutions. "Quand on propose aux femmes une seule solution qui est de pousser la porte d'un commissariat et d'aller porter plainte avec un œil au beurre noir, elles ne le feront pas parce que c'est trop douloureux pour elles. Il ne faut pas trop leur en demander d'un coup. C'est pour cela qu'il existe d'autres outils. Le téléphone permet une écoute anonyme, mais aussi le site internet qui permet de se signaler de façon anonyme et d'avoir aussi un rapport de tchat", précise-t-elle.

Et pour Anne-Claire Coudray, il est également essentiel que les témoins de ces violences parlent : "ce spot est également à destination des témoins. Il n'y a pas que les victimes dans cette histoire, il y a nous tous. Si vous voyez quelque chose, signalez-le aussi, de façon anonyme. C'est vrai que l'on a toujours tendance à hésiter à se mêler de la vie de nos voisins, se mêler de la vie de nos proches, de nos amis, mais parfois cela peut vraiment sauver des vies". 

Europe 1
Par Charles Decant édité par Manon Bernard