La plateforme de recensement des violences policières "Allô, place Beauvau", s'arrête

  • A
  • A
Partagez sur :
Le journaliste David Dufresne cesse après deux ans l'activité de sa plateforme "Allô, place Beauvau". Elle servait au recensement et à la vérification des actes de violences policières sur les manifestants et l'ensemble de la population. Son créateur explique jeudi à "Culture Médias" vouloir passer le relai.

"Allô, place Beauvau", c'est fini. La plateforme de recensement des violences policières ferme ses portes après deux ans d'activité. C'est le journaliste David Dufresne, qui réalisait ce travail colossal de vérification, qui l'a annoncé mercredi. Il explique jeudi à Culture Médias pourquoi il en est arrivé à prendre cette décision. "Le but d'"Allo, place Beauvau" était au départ de créer le débat sur la police, sa nature, sa place dans la société. Aujourd'hui, ce débat est partout. L'idée est de nourrir le débat d'une autre manière", explique-t-il.

Cette plateforme est devenue pour lui une tâche d’une ampleur monumentale, ce qui l’a surpris dès le début. "Pas une seconde je n'imaginais que ça allait durer deux ans", se souvient-il. "Les 6 premiers mois, c'était du 7 jours sur 7, avec parfois des nuits extrêmement courtes, et des week-ends où je recevais des milliers de notifications. Donc il fallait vérifier et s'assurer de la véracité de tout ça."

Naissance avec les gilets jaunes

David Dufresne souhaite passer le relai, après deux ans dont il reconnaît qu'elles lui ont demandé beaucoup d'énergie. "Il y a avait aussi, très clairement, de la fatigue accumulée", confie-t-il. "Enfin, il est important pour nous que d'autres voix et d'autres visages s'expriment sur ces questions."

Son appel reste pour le moment sans réponse. "Allô, place Beauvau" avait été lancé lors des manifestations des gilets jaunes, où les violences policières ont été nombreuses. Le journaliste n'avait jamais arrêté de les compiler et de les vérifier. Au total, 993 actes de violences policières ont ainsi été répertoriés par sa plateforme. 

Europe 1
Par Charles Decant, avec Alexis Patri