Daphné Roulier : "La culture est accessible à tout le monde et elle n'est pas réservée à une élite"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Dans "Culture médias" sur Europe 1, la journaliste évoque sa nouvelle émission sur Paris Première : "Rayon Cult". Un magazine hebdomadaire qui s'intéresse à l'actualité culturelle. Un retour sur le petit écran pour la journaliste qui a quitté Canal+ après 23 ans sur la chaîne cryptée.
INTERVIEW

Pendant 23 ans, elle était un des visages de Canal +. Après une saison d'absence à la télévision, Daphné Roulier est de retour sur la chaîne Paris Première avec une nouvelle émission : Rayon Cult'. Un programme hebdomadaire où elle reçoit un invité et plusieurs chroniqueurs pour évoquer l'actualité culturelle, chaque mercredi à 23h05.

Daphné Roulier voulait proposer une émission différente sur la culture, partant d'un postulat de départ : "la culture est accessible à tout le monde et elle n'est pas réservée à une élite, c'est un produit comme les autres". Concrètement, à l'écran, cela passe notamment par le choix des chroniqueurs, qui entourent l'invité. Lors des premières émissions, on retrouvait l'actrice Aïssa Maïga, le chanteur Tom Novembre ou encore le DJ Kiddy Smile.

"Je voulais des gens très différents et promouvoir la diversité"

Pas de chroniqueurs professionnels donc, mais des personnes actives dans le milieu culturel. "Je voulais des gens très différents et promouvoir la diversité", souligne la journaliste dans Culture médias. Daphné Roulier souhaitait ainsi sortir du schéma des "experts culturels". "On a envie d'ouvrir les portes, d'avoir de nouvelles têtes", plaide-t-elle.

Rayon Cult' vient remplacer l'émission de Yann Moix, Chez Moix, déprogrammée début septembre, après que l'écrivain ait été rattrapé par ses écrits antisémites. Côté audiences, Daphné Roulier ne se met aucune pression. "Je ne les connais pas", assume la journaliste. "Ce n'est pas quelque chose d'important pour moi. Ce qui est important, c'est le contenu : est-ce qu'il est à l'image de ce que je veux faire ?", affirme-t-elle.

Europe 1
Par Guillaume Perrodeau