Covid-19 : qui est Thierry Casasnovas, puissant youtubeur complotiste ?

  • A
  • A
Thierry Casasnovas 4:52
Thierry Casasnovas compte 526.000 abonnés sur sa chaîne Youtube. © Capture d'écran Youtube
Partagez sur :
Le documentaire "La fabrique du mensonge, fake news sur ordonnance", qui sera diffusé dimanche soir sur France 5, décortique l’émergence de différentes théories complotistes apparues en France depuis le début de la pandémie. Parmi elles, on trouve l’histoire de Thierry Casasnovas, un youtubeur complotiste qui prône un régime uniquement basé sur des aliments crus, et qui se dit contre la chimiothérapie. Sauf que sa chaîne est très suivie et influente.

Comment le discours complotiste a-t-il pu s’installer puis se développer en France ? Dans le documentaire La  fabrique  du  mensonge, fake  news  sur ordonnance, un documentaire d’une heure et demi qui sera diffusé dimanche soir sur France 5, le présentateur Karim Rissouli et le producteur Félix Suffert-Lopez se sont intéressés à l’origine de ces fake news. "Les fake news de la santé sont les principales fake news que l’on peut trouver sur internet. On travaillait sur ces thématiques depuis trois ans quand la pandémie de Covid-19 est arrivée. On a alors vu une explosion, une déferlante de fake news et de défiance, puis peu à peu de théories conspirationnistes de gens qui ne croyaient plus ce que les médias, les médecins et les politiques disaient", pose d’abord Félix Suffert-Lopez, invité de Culture Média, sur Europe 1.

Thierry Casasnovas, le complotiste "à la tête d’une entreprise digitale"

La  fabrique  du  mensonge, fake  news  sur ordonnance s’intéresse à de nombreux phénomènes : les débats suscités par le professeur Raoult et l’hydroxychloroquine, les gilets jaunes, le documentaire complotiste Hold Up, mais aussi au Youtubeur Thierry Casasnovas.

"C’est un gars qui s’est mis à poster des vidéos sur son régime qui consiste à manger cru et qui, peu à peu, s’est retrouvé à la tête d’une entreprise digitale", le présente Félix Suffert-Lopez. Boulanger de formation, ancien toxicomane, fasciné par Guy-Claude Burger, lui-même connu pour avoir créé une pratique alimentaire controversée qui prétendait que le manger cru pouvait tout soigner, Thierry Casasnovas compte 526.000 abonnés sur sa chaîne Youtube. Il dit "proposer des conseils génériques en alimentation, et plus largement en hygiène de vie, destinés aux personnes souhaitant adopter une approche plus naturelle".

Des malades "vulnérables donc beaucoup plus perméables à ces solutions"

"Thierry Casasnovas dit des choses qui sont vraies comme 'mangez des fruits et des légumes'. Mais quand ensuite, il dit que la seule chose que va apporter la chimiothérapie, c’est du poison dans les veines, là en revanche il y a un débord. Mais quand vous avez un cancer, vous allez être vulnérable donc beaucoup plus perméable à des solutions qui vont paraitre plus simples", continue Félix Suffert-Lopez. Thierry Casasnovas laisse également entendre que les cancers peuvent être soignés par des jus de fruits. Il est si puissant sur Youtube que lorsqu’un internaute tape "cancer" dans la barre de recherches, ses vidéos sont automatiquement recommandées parmi les 15 premiers liens.

Si certaines chaînes complotistes ont été fermées, celle de Thierry Casasnovas est en revanche toujours ouverte. "Mais quand il a vu que d’autres comptes avaient été supprimés, il a supprimé 1.000 vidéos", précise Félix Suffert-Lopez.

"On a confondu la science et la recherche"

La  fabrique  du  mensonge, fake  news  sur ordonnance tente également de comprendre pourquoi tant de théories et de comptes complotistes ont émergé depuis le début de la pandémie. "Avec la pandémie, les gens ont confondu la science et la recherche. La science, c’est un consensus autour de publications, c’est une vérité scientifique. La recherche a, elle, à voir avec le doute. Quand on cherche un vaccin, on doute et on tâtonne. On a voulu collectivement avoir des réponses immédiates et ce sont dans ces brèches là que les complotistes et les théories conspirationnistes se sont engouffrés", résume Karim Rissouli. Et elles ne se limitent pas à Youtube mais se jouent aussi sur d’autres réseaux sociaux, parfois de manière agressives et violentes. 

Europe 1
Par Léa Leostic