"Ce qui importe, c'est le compteur des dons", assure Tristan Carné, réalisateur de la 33ème édition du Téléthon

  • A
  • A
Tristan Carné, réalisateur de télévision.
Tristan Carné réalisateur de télévision sera aux manettes de la 33ème édition du Téléthon. © Europe 1
Partagez sur :
Vendredi débute la 33ème édition du Téléthon. Trente heures de direct à la télévision pour récolter des dons afin de financer la recherche sur les maladies génétiques rares. Cette nouvelle édition est parrainée par le comédien Jean-Paul Rouve. Tristan Carné, réalisateur de télévision, aux manettes de l’événement, présente sur Europe 1 les coulisses des émissions. 
INTERVIEW

Dès 18h45, ce vendredi, sur France Télévisions, la 33eme édition du Téléthon va être lancée. Le début de 30 heures de direct à la télévision afin de récolter le plus de dons possibles pour financer la recherche sur les maladies génétiques rares. Pour réaliser les deux grands rendez-vous du week-end vendredi et samedi soir, présentés par Sophie Davant et Nagui, parrainés par Jean-Paul Rouve, le réalisateur de télévision Tristan Carné sera aux manettes. Celui qui travaille, entre autres, sur The Voice, Mask Singer, Quotidien ou des émissions politique, raconte les coulisses de cette campagne de dons, dans "Culture Médias" sur Europe 1. 

"Ce qui compte c'est le compteur des dons"

"Je fais l’acess prime-time et le prime-time du vendredi et samedi soir, donc deux grosses soirées", explique le réalisateur au micro de Philippe Vandel. "C'est une émission particulière, puisque l'on traite d'un sujet difficile. On essaye chaque année de faire un gros événement autour de cette soirée." Une bulle géante a été installée face à la Géode dans le parc de la Villette à Paris. "On va filmer beaucoup de témoignage, de la variété, des chanteurs, c’est aussi un moment de fête pour ces enfants qui vivent une soirée exceptionnelle", raconte Tristan Carné. 

Pour faire des dons, les téléspectateurs doivent composer le 3637. "Clairement, ce qui compte c'est le compteur des dons", assure le réalisateur de télévision. "J’ai vu des enfants qui n’auraient pas pu être soignés, qui aujourd’hui marchent." Tristan Carné est réalisateur sur le plateau principal depuis douze ans. Avant, il était dans les centres de promesse de dons. Il l'affirme : les progrès sont palpables. 

Un prime dédié aux héros des séries de fiction

Le prime de vendredi soir sera dédié aux héros des séries de fiction. La soirée se veut rythmée avec une alternance de reportages, de témoignages et de variété. Il y aura également plusieurs événements en marge du plateau comme "la Baraque à frite". "Nous allons vendre le plus de frites possible pour essayer de faire le maximum de dons" mais aussi un Téléthon Gaming, avec des personnalités du jeux vidéos, de Youtube et du e-sport, détaille Tristan Carné.  

Avec en ligne de mire la reconquête des audiences après deux ans de baisse des dons. Mort de Johnny Hallyday, "gilets jaunes"... l’événement caritatif n'a pas eu de chance ces dernières années en tombant en même temps que de grosses actualités, qui ont eu tendance à l'éclipser. Ce week-end, c'est encore la grève qui perturbe l'émission. "On tient debout, on se dit que rien n'empêchera le Téléthon de se faire." Tristan Carné l'assure, il ne craint pas de complications par rapport à la mobilisation contre la réforme des retraites. "Les artistes sont contents de venir, les techniciens sont hyper motivés et heureux de faire cette émission." 

 

Europe 1
Par Mathilde Durand