Un jeune inculpé à Christchurch pour avoir relayé la vidéo de l'attentat

  • A
  • A
Un jeune de 18 ans a été inculpé par un tribunal de Christchurch pour avoir relayé la vidéo diffusée en direct par l'auteur de l'attentat de Christchurch.
Un jeune de 18 ans a été inculpé par un tribunal de Christchurch pour avoir relayé la vidéo diffusée en direct par l'auteur de l'attentat de Christchurch. © AFP
Partagez sur :
Pour avoir relayé la vidéo diffusée en direct par l'auteur du carnage de Christchurch, où 50 fidèles ont été tués vendredi, un jeune homme de 18 ans a été inculpé lundi.

Un jeune de 18 ans a été inculpé lundi par un tribunal de Christchurch pour avoir relayé la vidéo diffusée en direct par l'auteur du carnage de Christchurch, où 50 fidèles ont été tués vendredi. La justice n'a pas autorisé la publication du nom de cet homme, également poursuivi pour avoir mis en ligne une photographie de la mosquée al-Nour de Christchurch avec la mention "cible atteinte", et pour incitation à la violence. Chaque chef est passible de 14 années de détention. Le juge a refusé de libérer sous caution le jeune homme, qui demeurera détenu jusqu'à sa prochaine comparution le 8 avril.

Pour l'heure, il n'est pas soupçonné d'être impliqué dans l'attentat. Vendredi, l'extrémiste australien Brenton Tarrant, fasciste autoproclamé, avait abattu 50 personnes dans la mosquée al-Nour et celle de Linwood. Les enquêteurs ont indiqué que le jeune homme inculpé lundi n'était pour l'heure pas soupçonné d'être directement impliqué dans l'attentat. Mais le juge Stephen O'Driscoll a précisé que tous les détails des poursuites visant le jeune homme étaient également couverts par une "ordonnance de suppression" ("suppression order"), qui interdit aux médias d'en faire état.

Brenton Tarrant entend se défendre seul 

L'extrémiste australien poursuivi dans l'enquête sur le carnage dans les mosquées de Christchurch compte se défendre seul et semble quelqu'un de "rationnel", a déclaré lundi son avocat commis d'office. Brenton Tarrant a été inculpé samedi pour meurtre par le tribunal de district de Christchurch lors d'une brève comparution au cours de laquelle il a fait de la main le signe de reconnaissance des suprémacistes blancs.

L'avocat Richard Peters, qui avait été commis d'office lors de l'audience préliminaire, a précisé que l'Australien de 28 ans avait "indiqué qu'il ne veut pas d'avocat". "Il veut assurer sa défense seul dans cette enquête", a déclaré l'avocat, qui a estimé que la question de la responsabilité pénale ne se posait pas dans le cas de Brenton Tarrant. "Il est apparu comme quelqu'un de rationnel et qui ne souffre pas d'un handicap mental", a indiqué Richard Peters.