Taïwan : l'armée simule une "invasion" par la Chine

, modifié à
  • A
  • A
Taiwan, Han Kuang crédit : SAM YEH / AFP - 1280
L'opération "Han Kuang" a mobilisé 4.100 soldats taïwanais pour simuler une attaque chinoise. © SAM YEH / AFP
Partagez sur :
Plus de 4.000 soldats taïwanais ont été mobilisés jeudi pour simuler une attaque chinoise sur l'île, sous les yeux de la présidente, issue d'un parti traditionnellement favorable à l'indépendance.

Avions de chasse, hélicoptères, soldats : l'armée taïwanaise a mené jeudi un exercice annuel simulant une "invasion" chinoise, au moment où l'île est sous la pression militaire et diplomatique grandissante de Pékin.

Des relations tendues. La Chine continentale et Taïwan sont dirigés par des régimes rivaux depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949. L'île se gère de façon autonome mais les liens économiques restent forts entre les deux rives. Pékin considère Taïwan comme partie intégrante de la Chine et n'a pas exclu de la reprendre par la force en cas de déclaration formelle d'indépendance. Les relations sont tendues depuis l'élection en 2016 de la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen, issue d'un parti traditionnellement favorable à l'indépendance.

4.100 soldats taïwanais mobilisés. Les manœuvres militaires taïwanaises ont débuté lundi avec la simulation d'une attaque aérienne et navale. Ces exercices intitulés "Han Kuang" sont menés chaque année pour se préparer à une invasion potentielle en provenance de Chine continentale. Tsai Ing-wen a assisté jeudi aux manœuvres depuis la base aérienne de Taichung, dans l'ouest du pays. Elles ont mobilisé 4.100 soldats, des hélicoptères d'attaque et des avions de chasse.

Simulation d'un bombardement aérien. Le scénario simulait le bombardement d'un terrain d'aviation et une attaque de parachutistes, et la reprise des installations militaires par des troupes taïwanaises au sol. "J'ai vu les capacités de notre armée et je suis convaincue que nos troupes peuvent atteindre leurs objectifs de défense inébranlable et de dissuasion", a déclaré Tsai Ing-wen.

Des exercices chinois en avril. La Chine a mené ses propres exercices militaires en avril dans le détroit de Taïwan, qui sépare le continent de l'île. Ils faisaient suite à plusieurs semaines de manœuvres aériennes et navales dans la zone. Pékin a également renforcé sa pression diplomatique sur Taipei. Depuis l'arrivée au pouvoir de Tsai Ing-wen, quatre pays ont coupé leurs liens avec Taïwan au profit du régime communiste.