Réunion de l'UE : "La France attend une condamnation de l'offensive turque" en Syrie, indique Jean-Yves Le Drian

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, espère que les 27 qui se réunissent lundi à Luxembourg vont prendre une position unanime et ferme face à la Turquie, qui a lancé une offensive en Syrie.
INTERVIEW

"La France attend de cette réunion une condamnation de l'offensive turque, une demande express de l'arrêter." Voilà comment le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, résume son état d'esprit au micro d'Europe 1, en amont d'une réunion de l'Union européenne. Les 27 chefs de la diplomatie européenne se retrouvent lundi à Luxembourg.

Convaincre les USA de réunir la coalition internationale

Mercredi dernier, le président turc Recep Tayyip Erdogan a lancé une opération militaire dans le nord de la Syrie contre des forces kurdes, qualifiées de terroristes par Ankara mais partenaires de longue date des Occidentaux dans la lutte contre Daesh. Pour Jean-Yves Le Drian, il est indispensable d'adopter "une position ferme sur les exportations d'armement à l'égard de la Turquie".

"Mais surtout, nous souhaitons que ce soit l'opportunité de faire en sorte que les États-Unis d'Amérique provoquent une réunion de la coalition internationale contre Daesh (acronyme arabe de l'organisation État islamique, ndlr)", poursuit-il. Depuis 2014 en effet, une coalition internationale sous leadership américain s'est formée contre l'État islamique. Elle est composée d'une trentaine de pays, dont beaucoup d'européens. "Il importe maintenant qu'on se réunisse pour apprécier la nouvelle donne car pour la France, l'ennemi principal reste Daesh", indique Jean-Yves Le Drian.

Le ministre boycotte le match France-Turquie

Le ministre a également pris une décision fort symbolique ce lundi. Alors que la France rencontre la Turquie dans le cadre des qualifications pour l'Euro de football 2020, Jean-Yves Le Drian ne se rendra pas au Stade de France comme il l'avait initialement prévu. "Il a décidé de ne pas y aller", a indiqué son entourage.

Plusieurs personnalités politiques avaient appelé à l'annulation de la rencontre. "On ne peut décemment accueillir demain (lundi) au Stade de France ceux qui saluent le massacre de nos alliés kurdes !", a tweeté dimanche soir un député, Jean-Christophe Lagarde (UDI, centre-droit), président du groupe d'études sur les Kurdes à l'Assemblée.

Il évoquait le salut militaire réalisé par les footballeurs turcs pour célébrer leur victoire contre l'Albanie vendredi, en soutien aux soldats engagés dans l'offensive en Syrie. Les ministres turcs des Sports et de la Justice, ainsi que l'ambassadeur à Paris, devraient assister au match depuis la tribune officielle du stade de France, selon une source diplomatique turque.

Europe 1
Par Europe1.fr avec Isabelle Ory et AFP