Pyongyang critique "l'impatience" des États-Unis, nouvelle lettre de Trump à Kim

  • A
  • A
Corée du Nord, Ri Yong Ho, crédit : MOHD RASFAN / AFP - 1280
"L'impatience n'aide pas du tout à construire la confiance.", a déclaré le ministère nord-coréen des Affaires étrangères, Ri Yong Ho. © MOHD RASFAN / AFP
Partagez sur :
Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères a critiqué samedi l'impatience des États-Unis après que le secrétaire d'État américain a appelé à "maintenir la pression" sur la Corée du Nord pour qu'elle cesse son programme nucléaire. 

La Corée du Nord a critiqué samedi l'appel du secrétaire d'État américain Mike Pompeo à continuer à appliquer les sanctions envers Pyongyang et reproché à Washington son "impatience" face à la lenteur des avancées diplomatiques.

Un échange de lettres. Dans le même temps, Mike Pompeo a fait savoir dans un tweet que la délégation au forum de Singapour avait remis une lettre du président Donald Trump au chef de la diplomatie nord-coréenne, à l'intention au leader nord-coréen Kim Jong UnDonald Trump avait déjà reçu une nouvelle lettre de son homologue nord-coréen plus tôt cette semaine.

"L'impatience n'aide pas du tout à construire la confiance". En dépit des "mesures de bonne volonté" prises par la Corée du Nord, Washington "donne de la voix pour maintenir les sanctions", trahissant "des mouvements aux États-Unis voulant revenir en arrière, loin des intentions de leur dirigeant", a déclaré dans un communiqué le ministre nord-coréen des Affaires étrangères Ri Yong Ho. 

"L'impatience n'aide pas du tout à construire la confiance. Et surtout quand on avance des exigences unilatérales qui ne vont faire que saper la confiance au lieu de la renouveler", a-t-il ajouté. "Tant que les États-Unis ne montreront pas dans la pratique leur volonté d'éliminer ce qui nous pose problème, il n'y aura aucune possibilité que nous avancions de notre côté", a conclu le chef de la diplomatie.

Une pression toujours plus forte des États-Unis. Un peu plus tôt à Singapour, où il se trouvait pour un forum de l'ASEAN (l'Association des Nations d'Asie du Sud-Est), Mike Pompeo avait appelé à "maintenir la pression" sur la Corée du Nord, stigmatisant notamment la Russie pour d'éventuelles violations des sanctions internationales.

Lors d'un sommet historique le 12 juin à Singapour avec le président américain Donald Trump, le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un avait réaffirmé son engagement en faveur d'une "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne" - une vague déclaration d'intentions sans calendrier ni modalités, bien loin de la dénucléarisation "complète, vérifiable et irréversible" qu'exigeaient les États-Unis.

La Corée du Nord poursuit ses programmes nucléaires. Selon un rapport d'experts des Nations unies, la Corée du Nord "n'a pas stoppé ses programmes nucléaire et balistique et a continué de défier les résolutions du Conseil de sécurité à travers une hausse massive des transferts illicites de produits pétroliers en mer".