Corée du Nord : les États-Unis demandent de "maintenir la pression diplomatique et économique"

  • A
  • A
© KENA BETANCUR / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :
Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a appelé samedi à "maintenir la pression" sur la Corée du Nord, stigmatisant notamment la Russie pour d'éventuelles violations des sanctions internationales.

Le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo, a appelé samedi la communauté internationale à "maintenir la pression diplomatique et économique" sur la Corée du Nord tant qu'elle n'aura pas abandonné ses armes nucléaires.

Pour "une dénucléarisation définitive et vérifiée". Lors de rencontres au cours d'un forum de l'Association des nations d'Asie du Sud-Est (Asean), "j'ai aussi insisté sur l'importance de maintenir la pression diplomatique et économique sur la Corée du Nord, afin d'arriver à une dénucléarisation définitive et totalement vérifiée à laquelle la Corée du Nord s'est engagée", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. 

Appliquer les sanctions à la lettre. "Il est clair que nos partenaires et alliés au sein de l'Asean savent combien la dénucléarisation de la Corée du Nord est importante pour leur propre sécurité", a-t-il ajouté. C'est pourquoi "je leur ai recommandé d'appliquer strictement toutes les sanctions, y compris la cessation totale de transferts illégaux de pétrole entre navires" à destination la Corée du Nord, a encore dit Mike Pompeo. Il a particulièrement stigmatisé la Russie, évoquant des informations selon lesquelles elle continuait de faire affaire avec des Nord-Coréens et d'offrir du travail aux travailleurs expatriés nord-coréens, source importante de revenus pour le régime de Pyongyang. "Ce serait une violation des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies", et "toute violation" sera "prise très au sérieux par les États-Unis", a-t-il lancé, promettant d'en parler avec Moscou.

Mike Pompeo est chargé côté américain des négociations pour la mise en oeuvre des engagements pris par Donald Trump et Kim Jong Un lors de leur sommet sans précédent, le 12 juin. Le dirigeant nord-coréen a notamment promis d’œuvrer à une "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne", mais sans calendrier ni modalités à ce stade.

Europe 1
Par Europe1.fr avec AFP