Prince Philip : les Britanniques "clairement déçus" d'être privés de funérailles

  • A
  • A
windsor mort philip 1:33
Les Britanniques continuent d'affluer spontanément devant le château de Windsor, ce week-end. © AFP
Partagez sur :
Europe 1 a recueilli les réactions des Britanniques à Windsor, après l'annonce de la tenue des funérailles du prince Philip samedi prochain en petit comité, sans hommage populaire, conformément à ses souhaits et en raison de la pandémie de Covid-19. 
REPORTAGE

Une date, le samedi 17 avril à 15 heures, et une information : les funérailles du prince Philip auront lieu sans public. Les détails des obsèques de l'époux d'Elisabeth II, décédé vendredi à l'âge de 99 ans, ont finalement été communiqués samedi : la cérémonie ne réunira que 30 personnes, Covid-19 oblige, soit les enfants, petits-enfants, et la famille proche du prince. A l'image d'Adam, rencontré par Europe 1 à Windsor, beaucoup de Britanniques sont "clairement déçus" par cette décision. 

"Je serai ici, à Windsor"

Mais la passion pour la monarchie reprend vite le dessus, quitte à s'affranchir des consignes royales à peine données. "Même s'ils nous disent de ne pas venir, on viendra quand même", souffle Adam. "Si je peux être ici pour faire mon deuil, et pas devant la télé.. Je serai ici, à Windsor. A 100%." L'homme risque pourtant de ne rien voir des obsèques, qui se tiendront derrière les hauts murs, et qui seront retransmises à la télévision. 

C'est sur le petit écran que Susan scrutera, elle, le prince Harry : elle est très contente qu'il ait confirmé sa venue depuis les Etats-Unis. "J'espère et je prie pour qu'il se réconcilie avec son frère William, et avec son père. Que dans le deuil ils se pardonnent, pour que la famille royale puisse avancer. Je crois que la Reine aimerait beaucoup."

Meghan "n'aurait pas été accueillie à bras ouverts"

L'absence annoncée de son épouse Meghan, en raison de sa grossesse, n'est en revanche pas franchement regrettée. "Elle n'aurait pas été accueillie à bras ouverts", commente sobrement cette quadragénaire.  

 

Après les accusations de racisme et d'absence de soutien lancées contre la famille royale le mois dernier, Greg est plutôt d'accord. "Je crois que ça aurait été vraiment difficile de revenir, après tout ce qu'elle a dit sur la monarchie. Et seulement deux semaines après, Philip qui meurt… Cela aurait été vraiment trop bizarre."

Les noms des trente invités seront publiés jeudi. Le Premier ministre Boris Johnson a d'ores et déjà indiqué qu'il laisserait sa place à un membre de la famille. De son côté, le prince Charles a pris la parole à la télévision, samedi, pour évoquer la personne "très spéciale" qu'était son père. "Je pense qu'il aurait été stupéfait par les réactions et les choses touchantes qui ont été dites à son sujet."

Europe 1
Par Théo Maneval, édité par Margaux Lannuzel