Présidentielle américaine : six choses que vous ignorez sur Joe Biden

  • A
  • A
Biden
Joseph dit "Joe" Biden est le 46ème président des Etats-Unis. © AFP
Partagez sur :
Joe Biden a été élu président des Etats-Unis au terme d'une élection extrêmement serrée. Le candidat démocrate et ancien vice-président de Barack Obama est pourtant un homme à la personnalité peu connue, dont Europe 1 dresse le portrait. 

Après une longue, très longue attente, les résultats de l'élection présidentielle américaine sont tombés. Le candidat démocrate, Joe Biden, est élu 46ème président des États-Unis et remplace Donald Trump à la Maison-Blanche. S'il est connu pour avoir été l’ancien vice-président de Barack Obama, la personnalité du nouveau président des États-Unis reste largement méconnue. Voici six choses à savoir sur le nouveau leader de la première puissance mondiale. 

Une douleur familiale qui "ne disparaît jamais"

Le nouveau président des États-Unis, âgé de presque 78 ans, a dû faire face à une histoire familiale tragique. Un soir de décembre 1972, Joe Biden perd sa femme Neilia Hunter, qu’il avait rencontré lors de ses études de droit à l’université de Syracuse, dans un accident de voiture. Sa fille, Naomi, âgée de 13 mois, décède également sur le coup. Les deux fils du couple survivent, mais ils sont gravement blessés. Il élève alors ses fils avec l’aide de sa sœur, Valerie.

Cinq années plus tard, Joe Biden se remarie avec Jill Tracy Jacobs avec qui il a une fille, Ashley, née en 1981. Ce serait les deux fils survivants, Beau et Hunter, qui l’auraient poussé à se remarier. Joe Biden écrit dans ses mémoires que Jill Tracy Jacobs "lui a redonné la vie".

En 2015, Joe Biden perd un second enfant : son fils Beau Biden est emporté à 46 ans d’un cancer au cerveau. Cet évènement dramatique le poussera à soutenir l’Obamacare, la loi sur la couverture médicale aux États-Unis.

Il lui a fallu trois candidatures pour devenir président

Joe Biden s’est déjà présenté deux fois aux primaires démocrates avant d’arriver à la Maison-Blanche. Sa première tentative infructueuse remonte à 1987. Après trois mois de campagne, Joe Biden est contraint de tout arrêter. Et pour cause, il est accusé d’avoir plagié un discours de Neil Gordon Kinnock, le chef du parti travailliste au Royaume-Uni.

Sa seconde tentative a lieu en 2007. Aux primaires, il fait face à Barack Obama qu’il décrit comme étant "le premier Afro-américain qui s’exprime bien, brillant, propre sur lui et beau garçon". Une phrase qui n’est pas du tout acceptée par l’opinion publique américaine. Résultat : il obtient seulement 1% des voix. Finalement, il sera repêché par Barack Obama qui le choisit comme colistier et donc, vice-président durant ses deux mandats à la tête du pays.

47 ans de vie politique

Si Joe Biden a pu se porter trois fois candidat à la présidence américaine, c’est aussi parce qu’il fait partie de la vie politique des États-Unis depuis toujours. Il est en effet le président américain le plus âgé de toute l’Histoire. Ce vétéran de la politique américaine a siégé au Conseil du comté de New Castle pendant deux ans avant de commencer sa carrière nationale à 29 ans en tant que sénateur du Delaware. Il est réélu sans discontinuer jusqu’en 2008.

En partie à cause des tragédies familiales qu’il a vécu, Joe Biden se forge l’image d’un père aimant auprès de l’opinion publique américaine et fait de la compassion l’un de ses célèbres traits de caractère politique.

Il a voté pour la guerre en Irak

En 2002, Joe Biden est alors président de la commission des Affaires étrangères du Sénat américain. A cette époque, il a voté pour la guerre en Irak contre Saddam Hussein qui durera de 2003 à 2011. Mais surtout, Joe Biden a avoué avoir organisé l’audition de nombreux témoins qui ont laissé croire, à tort, que le régime de Saddam Hussein possédait des armes de destruction massive. Depuis, l’ancien sénateur du Delaware a reconnu qu’il s’agissait d’une "erreur".

PODCAST - (Ré)écoutez Mister President

Le politologue Olivier Duhamel vous raconte l'incroyable histoire des élections présidentielles américaines depuis 1948, de Truman à Obama, de Kennedy à Clinton en passant par les Bush, père et fils… 

>>> Retrouvez les 12 épisodes sur notre site Europe1.fr,  sur Apple Podcasts, Google Podcasts, SoundCloud ou vos plateformes habituelles d’écoute.

C'est un habitué des gaffes

Durant la campagne présidentielle, Donald Trump s’est régulièrement moqué du nouveau président des États-Unis en le surnommant "Joe l’endormi". De nombreuses vidéos de lui, lorsqu’il était enfant et qu’il bégayait, ont circulé sur les réseaux sociaux. Donald Trump attaquait ainsi le côté "roi de la gaffe" propre à Joe Biden.

Et pour preuve, le nouveau président américain avait notamment demandé avec insistance, en 2008, à un élu du Missouri de se lever lors d’un meeting, avant de se rendre compte qu’il était en fauteuil roulant… Pendant la campagne pour cette élection présidentielle, il a également confondu Theresa May, l’ancienne Première ministre britannique, avec Margaret Thatcher, qui occupait ce poste dans les années 1980.

Des accusations d’agressions et d’harcèlements sexuels

Mais une autre facette de l’homme politique américain est ressortie dans les médias ces dernières années. Au début de l’année 2020, Tara Reade, une ancienne collaboratrice de Joe Biden, l’accuse de l’avoir agressé sexuellement en 1993. "Ces allégations ne sont pas vraies. Cela n’est jamais arrivé", avait alors rétorqué le nouveau locataire de la Maison-Blanche.

Cependant, plusieurs femmes ont déjà accusé Joe Biden de "gestes déplacés" comme Lucy Flores, une ex-élue démocrate de l’Assemblée du Nevada qui parle d’un baiser déplacé "sur le haut de la tête" en 2014. Même chose pour Amy Lappos, ancienne assistance au Congrès, qui accuse de l’avoir touché de marnière inappropriée en 2009, pendant une collecte de fonds. Joe Biden s'était alors défendu en disant qu'il s'agissait, pour lui, de "marques d'affection".

Europe 1
Par Manon Bernard