Pourquoi surnommait-on John Kennedy Jr "John John" ?

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Il y a 20 ans, John Kennedy Junior, le fils du président JFK, disparaissait lors d'un crash d'avion. Dans l'imaginaire collectif, il restera "John John". Il avait pourtant horreur de ce surnom, comme se souvient le journaliste Olivier Royant, dans le podcast "Paris Match Stories", produit par Europe 1 studio.
PODCAST

"Ne l'appelez pas John John, c'est John tout court". Le fils de John Fitzgerald et de Jackie Kennedy, mort dans un crash d'avion il y a tout juste 20 ans, détestait que les médias aient pris l'habitude de le surnommer "John John". Ce surnom, il ne le tenait ni de son père, ni de sa mère ni même d'un proche. Il a été imaginé par un photographe de la Maison-Blanche, explique Olivier Royant, directeur de la rédaction de Paris Match, interrogé dans "Paris Match Stories", le podcast du magazine produit par Europe 1 studio. 

Pour écouter ce podcast, abonnez-vous sur Apple PodcastsGoogle PodcastsSoundCloudYouTube, et toutes vos plateformes habituelles d’écoute. 

"C'était en 1961, JFK avait été élu peu de temps auparavant. Le photographe traînait au niveau de l'Aile Ouest de la Maison-Blanche. Il a entendu JFK appeler son fils John à plusieurs reprises et a cru qu'il s'agissait d'un surnom. Alors que le président répétait pour essayer simplement d'appeler son enfant qui désobéissait et courait dans tous les sens !", détaille le journaliste. "A partir de là, la presse américaine, la presse française… en fait la presse mondiale l’a appelé 'John John'", poursuit Olivier Royant. "Combien de fois je l'ai entendu corriger les gens qui l'appelaient ainsi : 'c'est John tout court'. Sans nom de famille, sans surnom."

Il se faisait un devoir d'être à la hauteur de son père

Et pour cause : son prénom était déjà suffisamment lourd à porter.  "C'était le même prénom que son père, même si tout le monde appelait JFK Jack", souligne le journaliste. S'appeler John Kennedy, c'est donc forcément être associé à la légende familiale et au drame : l'assassinat du 35e président américain à Dallas en novembre 1963. Durant son enfance, "à tout moment, s'il allumait la télévision, il pouvait tomber sur le film tourné par Zapruder dans lequel on assiste en direct à l'assassinat de son père", ajoute le directeur de la rédaction du magazine.

Pour autant, parce qu'il a été célèbre avant même sa naissance - Jackie Kennedy posait en 1960 dans le magazine Life avec son ventre de femme enceinte -  et parce qu'il a été perçu pendant des années comme le cousin, l'ami, le frère, l'héritier de l'Amérique, John Junior s'est toujours fait un devoir d'être à la hauteur de son père, de sa famille et des Américains en général. 

"Il s'arrêtait saluer les passants, discuter avec chacun. Cette extraordinaire façon de se promener sur les trottoirs de New York a bâti sa légende", détaille Olivier Royant. "Il lui importait d'être quelqu’un de respectable, de poli, de gentil". Il allait au devant des gens instinctivement, pas comme un animal politique, pas comme son père. 

"Paris Match Stories" est un podcast Paris Match

Présentation : Marion Mertens

Production : Europe 1 Studio avec Xavier Jolly à la réalisation

Avec l'aide du service Documentation Patrimoine d'Europe 1 pour les archives sonores

Crédits Générique : Julien Besançon, Georges Fillioud, Jean-Philippe Balasse

Europe 1
Par Clémence Olivier