Méditerranée : 33 migrants secourus par une ONG cherchent un port pour Noël

  • A
  • A
L'ONG allemande Sea-Watch a exhorté les États européens à "trouver une solution" rapide pour leur permettre de débarquer avant que le temps ne se gâte à Noël.
L'ONG allemande Sea-Watch a exhorté les États européens à "trouver une solution" rapide pour leur permettre de débarquer avant que le temps ne se gâte à Noël. © Karpov / SOS MEDITERRANEE / AFP
Partagez sur :
Les migrants se trouvaient sur une embarcation de fortune dans les eaux internationales, au large de la Libye, quand ils ont été secourus par le Sea-Watch3, qui bat pavillon néerlandais.

L'ONG allemande Sea-Watch, qui a secouru samedi 33 migrants au large de la Libye, a exhorté dimanche les États européens à "trouver une solution" rapide pour leur permettre de débarquer avant que le temps ne se gâte à Noël.

Les migrants se trouvaient sur une embarcation de fortune dans les eaux internationales quand ils ont été secourus par le Sea-Watch3, qui bat pavillon néerlandais. Ils viennent du Nigéria, de Libye et de Côte d'Ivoire et parmi eux se trouvent six enfants et quatre femmes. "Nous avons demandé un port sûr pour débarquer ces personnes", a expliqué Ruben Neugebauer, porte-parole de l'ONG. "Nous allons tout essayer pour obtenir un port sûr avant Noël, parce que le 25 le temps va empirer, c'est pourquoi nous exhortons les États européens à trouver une solution dans les prochaines 24 heures".

Plus de 300 migrants secourus samedi au large de la Libye. Dans le même temps, l'Open Arms, navire de l'ONG espagnole Proactiva open arms, a été autorisé par Madrid à faire route vers l'Espagne pour y débarquer plus de 300 migrants secourus samedi au large de la Libye. L'Astral, l'autre navire de cette ONG, est parti à sa rencontre, chargé de vivres et de couvertures pour aider les migrants à affronter le voyage qui devrait durer plusieurs jours.

Matteo Salvini maintient sa position : "les ports italiens sont fermés". Pour des raisons médicales, Malte a pris en charge samedi un nouveau-né et sa mère, transportés par hélicoptère, tandis qu'un Somalien de 14 ans, qui voyageait seul et souffrait des séquelles de sévices en Libye, a été évacué dans la nuit vers l'île italienne de Lampedusa. Le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini (extrême droite), a cependant répété sa position dimanche: "Les ports italiens sont fermés. Stop au trafic d'êtres humains !". Pour Malte et l'Italie, la zone où les migrants ont été secourus relève de la Libye. Mais Sea-Watch assure que le centre de coordination des secours à Tripoli n'a jamais répondu à ses appels.

En Libye, des migrants "à la merci d'innombrables prédateurs". De plus, un rapport de l'ONU a répété jeudi que les migrants étaient soumis à "des horreurs inimaginables" en Libye. Le chaos qui y règne les laisse "à la merci d'innombrables prédateurs qui les voient comme des marchandises à exploiter et à extorquer", selon le rapport. En raison du démantèlement du dispositif de secours militaire et humanitaire dans la zone, près de 1.300 migrants sont morts ou disparus cette année au large de la Libye, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Cela représente une baisse de 55% par rapport à 2017, mais dans le même temps, les arrivées ont chuté de 80%.