Manifestations en Russie : quelle est la portée du mouvement en faveur de Navalny ?

  • A
  • A
Partagez sur :
Benoît Vitkine, correspondant du journal "Le Monde" en Russie, revient vendredi midi au micro d'Europe 1 sur le mouvement de protestation qui agite le pays en ce moment, alors que de nouvelles manifestations sont prévues dimanche. Avec, en figure de proue, Alexeï Navalny, activiste plus déterminé que jamais à renverser le régime de Vladimir Poutine.
ANALYSE

Les temps sont troubles dans la Russie de Vladimir Poutine : le système répressif est défié par Alexeï Navalny, un opposant d'une audace folle, à coups de révélations et de dénonciations sur les réseaux sociaux. L'activiste et ses partisans ont lancé de nouveaux appels à manifester dimanche, malgré les arrestations de masse du week-end dernier et le maintien en détention de Navalny et de ses proches. Sur Europe 1, vendredi midi, le journaliste Benoît Vitkine, correspondant du Monde en Russie, analyse la portée et les limites de ce mouvement social.

Une mobilisation "pas complètement inédite"

Pour se figurer l'importance de la contestation actuelle, "il y a un signe qui ne trompe pas", observe Benoît Vitkine. "C'est de voir Vladimir Poutine commenter en permanence les faits et gestes d'Alexeï Navalny. Quand il était encore à Berlin, quelques mois après son empoisonnement, Alexeï Navalny a commencé à documenter lui-même cet empoisonnement et à désigner le FSB comme responsable. Navalny, ensuite, est revenu en Russie avec dans ses bagages cette vidéo explosive sur le palais de Poutine (une maison extrêmement luxueuse que détiendrait le président russe sur les bords de la mer Noire, ndlr). Par deux fois, Poutine a dû démentir. Il a toujours pris soin de ne jamais nommer cet adversaire et voilà qu'aujourd'hui, il se retrouve en permanence à devoir donner son avis ou se justifier d'accusations venant de lui."

" Il y a encore une grande partie des Russes qui soit font confiance à Vladimir Poutine "

Alexeï Navalny, emprisonné depuis son retour en Russie, a depuis suscité une vague de protestations dans de nombreuses villes du pays, y compris dans les régions reculées de l'Oural et de la Sibérie. Pourtant, "ce que l'on a vu dans la rue n'est pas complètement inédit", juge le correspondant du Monde. "Ce sont des manifestations importantes, mais qui sont dans des ordres de grandeur de ce qu'on connaît." Si ce sont d'après lui les plus grandes manifestations illégales depuis 20 ans et les débuts de l'ère Poutine en Russie, "ce ne sont pas des marées humaines qui défient le régime de Poutine".

Navalny "inquiète les autorités russes", mais…

Face à ces opposants, tout l'appareil répressif du régime de Vladimir Poutine est mobilisé. Les policiers arrêtent, les juges condamnent et emprisonnent. Pour Benoît Vitkine, c'est le signe qu'on voit "un peu de fébrilité" du côté du pouvoir. "Pendant longtemps, le Kremlin a expliqué que ce blogueur, puisque c'est comme ça qu'il est désigné, ne valait rien. Quand on voit le luxe de précautions qui ont entouré son retour et cet empoisonnement, au minimum, on voit que c'est évidemment faux et que Navalny inquiète les autorités russes."

Pourtant, l'atmosphère actuelle et l'attitude du régime engendrent chez beaucoup de citoyens un sentiment de "peur", souligne le journaliste, tandis que le peuple n'a pas entièrement tourné le dos à son dirigeant, loin de là. "Il y a encore une grande partie des Russes qui soit font confiance à Vladimir Poutine, soit craignent l'idée même d'un changement. Une partie des Russes a décidé de se désintéresser de toutes ces histoires sales une bonne fois pour toutes." Dans cette configuration, Alexeï Navalny parviendra-t-il à renverser le régime de Vladimir Poutine ?