Macron chez Trudeau avant un G7 ébranlé par la guerre commerciale

, modifié à
  • A
  • A
Accompagné de son épouse Brigitte, le président français se rendra aussi à Montréal pour une rencontre avec le Premier ministre québécois Philippe Couillard.
Accompagné de son épouse Brigitte, le président français se rendra aussi à Montréal pour une rencontre avec le Premier ministre québécois Philippe Couillard. © LUDOVIC MARIN / POOL / AFP
Partagez sur :
Mercredi, Emmanuel Macron rencontre Justin Trudeau afin de resserrer leurs liens avant le début du G7 prévu au Québec à partir de vendredi. 

Emmanuel Macron et le Premier ministre canadien Justin Trudeau se retrouvent mercredi à Ottawa au Canada pour resserrer leurs liens juste avant un G7 fracturé par la guerre commerciale déclenchée par Donald Trump.

Lourdes taxes sur l'acier et l'aluminium. Ces deux jeunes dirigeants de la même génération (40 et 46 ans), grands utilisateurs des réseaux sociaux, ont prévu un entretien et un dîner privé puis une conférence de presse commune jeudi matin. Leurs discussions devraient se concentrer sur la décision de Donald Trump d'imposer à tous les fournisseurs des Etats-Unis de lourdes taxes sur les importations d'acier et d'aluminium, y compris à l'Europe, au Canada et au Japon, ses plus proches alliés. En rétorsion, tous ont depuis décidé de saisir l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et annoncé des mesures de représailles, comme également la Chine et la Russie.

"Une discussion utile et franche". Depuis vendredi, les Européens et les Canadiens ont durci le ton face à Washington. Emmanuel Macron s'est refusé à dévoiler l'ambiance de sa conversation téléphonique de jeudi soir avec Donald Trump, que Washington a jugé "terrible", selon la presse américaine.  Mais il a assuré qu'il "aura de nouveau au G7 une discussion utile et franche avec le président Trump".  "Mais cela n'enlève rien à l'amitié que nous avons l'un pour l'autre et à l'amitié qui lie nos deux pays", a assuré le président français.

Le Canada aussi est refroidi. Justin Trudeau, qui avait lui aussi joué la carte de la cordialité avec son grand voisin et assurait en mars que le président américain lui avait promis d'épargner les Canadiens, est passé à l'attaque en annonçant des taxes de 16,6 milliards de dollars canadiens (11 milliards d'euros) sur des produits américains. Autre pomme de discorde entre Canada et Etats-Unis, l'avenir de l'accord de libre-échange nord-américain (Aléna) entre Canada, Etats-Unis et Mexique : Washington envisage désormais des négociations séparées, ce qui freinerait fortement l'économie canadienne, selon le Fonds monétaire international (FMI). 

Washington isolé au G7 ? Accompagné de son épouse Brigitte, le président français se rendra aussi à Montréal pour une rencontre avec le Premier ministre québécois Philippe Couillard, avec qui il devrait notamment parler francophonie et échanges commerciaux et culturels. Il poursuivra ensuite vers La Malbaie, petite ville à 140 km de Québec surplombant le fleuve Saint-Laurent, où se déroule vendredi et samedi, dans un grand hôtel ultra-sécurisé, le sommet des sept pays les plus industrialisés (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie et Japon). Le Canada, pays hôte du G7 cette année, cédera la place à la France l'an prochain. Le sommet risque de refléter non seulement le conflit commercial entre les Etats-Unis et leurs partenaires, mais aussi l'isolement de Washington sur plusieurs autres fronts, comme le choix du multilatéralisme et la lutte contre le réchauffement climatique.