Huawei : la directrice financière accusée de fraude par les États-Unis

  • A
  • A
Meng Wanzhou est soupçonnée d'avoir menti à plusieurs banques au sujet d'une filiale de Huawei afin de pouvoir accéder au marché iranien en violation des sanctions américaines. © AFP
Partagez sur :

Arrêtée samedi au Canada à la demande des Etats-Unis, la directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei est accusé de fraude par la justice américaine.

La directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei, arrêtée samedi au Canada à la demande des États-Unis, est accusée de fraude par la justice américaine, a-t-on appris vendredi lors de sa comparution devant un juge de Vancouver.

Soupçonnée d'avoir menti à plusieurs banques au sujet d'une filiale. Meng Wanzhou est soupçonnée d'avoir menti à plusieurs banques au sujet d'une filiale de Huawei afin de pouvoir accéder au marché iranien en violation des sanctions américaines, selon les documents lus lors d'une audience de libération conditionnelle au tribunal de Vancouver.

Meng Wanzhou aurait personnellement nié auprès de banquiers américains tout lien direct entre Huawei et la société Skycom, alors qu'en fait "Skycom c'est Huawei", selon l'avocat du gouvernement, qui s'est opposé à sa remise en liberté.

Elle risque jusqu'à 30 ans de prison. La dirigeante, dont les États-Unis demandent l'extradition, est accusée de "complot d'escroquerie au détriment de plusieurs institutions financières", un chef d'accusation passible de plus de 30 ans de prison, a-t-il poursuivi. La Cour suprême de Vancouver, où l'audience s'est déroulée devant une salle comble, avait dans un premier temps imposé une interdiction de publication des informations révélées pendant l'audience. Cette interdiction a été levée au début de l'audience.

L'arrestation le 1er décembre de Meng Wanzhou, 46 ans, quelques jours après l'annonce d'une trêve dans la guerre commerciale entre Pékin et Washington, a provoqué la colère des autorités chinoises, qui ont immédiatement exigé sa remise en liberté.