Gênes : des photos de Salvini en train de faire la fête indignent l'Italie

  • A
  • A
Matteo Salvini
Matteo Salvini a été photographié faisant la fête le soir du 14 août, juste après l'effondrement du pont de Gênes. © Capture d'écran Twitter
Partagez sur :

Le ministre de l'Intérieur italien, Matteo Salvini, a été photographié faisant la fête en Sicile le soir du 14 août, alors que les secours s'affairaient à Gênes. Un comportement inacceptable, selon l'opposition.

Sourire jusqu'aux oreilles, chemise blanche ouverte, verres de vin blanc, assiettes de poisson et énorme gâteau à la crème : mardi 14 août, Matteo Salvini a passé une très bonne soirée, à en croire les photos et les selfies qui circulent sur les réseaux sociaux. Le ministre de l'Intérieur italien avait rendez-vous pour dîner avec quelque 300 sympathisants de la Ligue, son parti d'extrême droite, en Sicile. Au même moment pourtant, à Gênes, les secours s'affairaient pour prendre en charge les blessés et trouver des survivants après l'effondrement du viaduc de Morandi.

"Une gifle pour la douleur de notre pays". L'opposition a immédiatement hurlé au scandale. "Voilà ce que le ministre de l'Intérieur Salvini a fait hier soir", a tweeté Anna Rita Leonardi, responsable du parti démocrate. "Il était en Sicile à faire la fête, tandis qu'à Gênes, d'autres creusaient dans les décombres." Le président du parti démocrate, Matteo Orfini, a lui aussi dénoncé le comportement du ministre de l'Intérieur. "Les images de Salvini faisant la fête pendant des heures dramatiques pour Gênes sont une gifle pour la douleur de notre pays." Pour Emanuele Fiano, également membres du parti démocrate, "Salvini devrait s'excuser". La députée Michele Anzaldi est allée plus loin, appelant à la démission du ministre.

"Chacals de gauche". Pas de quoi déstabiliser Matteo Salvini qui a, de son côté, attaqué les "chacals de gauche" prompts à le critiquer. "Le jour même, à Rome, j'étais avec les sapeurs-pompiers pour suivre le sauvetage à Gênes", a-t-il rappelé. "Aux députés du parti démocrate, qui ont été informés de mes voyages lors de ces deux jours, je demande des comptes, au nom des Italiens, pour leur travail au cours de ces dernières années."