Gaza : Macron "condamne les violences des forces armées israéliennes contre les manifestants"

, modifié à
  • A
  • A
Le président s'est entretenu avec Mahmoud Abbas (image d'illustration).
Le président s'est entretenu avec Mahmoud Abbas (image d'illustration). © PASCAL ROSSIGNOL / POOL / AFP
Partagez sur :
Au moins 55 Palestiniens ont été tués lundi par des tirs israéliens, lors de manifestations dans la bande de Gaza contre l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem.

 

Emmanuel Macron a "condamné les violences des forces armées israéliennes contre les manifestants" palestiniens à Gaza lors d'entretiens téléphoniques lundi soir avec son homologue palestinien Mahmoud Abbas et le roi de Jordanie Abdallah II, selon un communiqué de l'Elysée. A cette occasion, le chef de l'Etat a réaffirmé "la désapprobation de la France à l'encontre de la décision américaine d'ouvrir une ambassade à Jérusalem" et souligné que le statut de la ville "ne pourra être déterminé qu'entre les parties, dans un cadre négocié sous l'égide de la communauté internationale".

Eviter un nouvel embrasement. La France a plus tôt appelé lundi "l'ensemble des acteurs" à prévenir "un nouvel embrasement" au Proche-Orient après la mort d'au moins 55 Palestiniens par des tirs israéliens lors de manifestations dans la bande de Gaza contre l'inauguration de l'ambassade des États-Unis à Jérusalem. "Alors que les tensions sur le terrain sont vives (…) la France appelle l'ensemble des acteurs à faire preuve de responsabilité afin de prévenir un nouvel embrasement", avait déclaré le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

De son côté, l'Union européenne a exhorté toutes les parties "à la plus grande retenue". "Nous demandons à toutes les parties d'agir avec la plus grande retenue afin d'éviter des pertes de vie humaine supplémentaires", a affirmé Federica Mogherini dans un communiqué. La chef de la diplomatie européenne a également mis en garde contre "toute nouvelle escalade" dans une situation "complexe et déjà très tendue" qui rendrait "les perspectives de paix encore plus éloignées".