Endommagé par la guerre, un immeuble s'effondre à Alep en Syrie : 11 morts

  • A
  • A
Des équipes de secours sont intervenues pour retirer les victimes enfouies sous les décombres.
Des équipes de secours sont intervenues pour retirer les victimes enfouies sous les décombres. © AFP
Partagez sur :
L'immeuble qui s'est effondré samedi se situait dans un quartier qui était contrôlé par les rebelles avant sa reprise, en 2016, par les forces du régime de Bachar al-Assad. 

Onze personnes dont quatre enfants sont mortes samedi dans l'effondrement d'un immeuble endommagé lors des combats ces dernières années à Alep, dans le nord de la Syrie en guerre, a rapporté l'agence officielle Sana.

L'immeuble est situé dans le quartier de Salaheddine, qui était contrôlé par les rebelles avant sa reprise en 2016 avec la totalité de la ville d'Alep par les forces du régime de Bachar al-Assad, au prix d'affrontements dévastateurs. Selon le chef de la police de la province d'Alep, cité par Sana, l'immeuble de cinq étages était "situé dans une zone (de constructions) irrégulières endommagées par des attaques terroristes". Le terme "terroriste" est utilisé par le régime pour désigner tous les groupes qui lui sont opposés.

Deux autres immeubles évacués par précaution. Des équipes de secours sont intervenues au milieu de blocs de béton et de monticules de pierres pour retirer les victimes enfouies sous les décombres, selon un photographe collaborant avec l'AFP. "Une seule personne a survécu" au drame, a indiqué Sana, faisant état de l'évacuation de deux immeubles adjacents par crainte d'un autre effondrement.

Ville martyre de la guerre qui fait rage depuis 2011. Les bâtisses environnantes portent toutes les traces de la guerre. Aujourd'hui, les travaux de reconstruction ou de réhabilitation à Alep se limitent à des initiatives privées, l'État se contentant d'assurer certains services de base. La ville d'Alep, la deuxième plus grande de Syrie, a été au cœur du conflit qui a ravagé des villes et des quartiers entiers depuis 2011 et fait plus de 360.000 morts.