Coronavirus : l'Argentine ferme ses frontières

  • A
  • A
L'Argentine a aussi suspendu les cours dans ses écoles (photo d'illustration). ,
L'Argentine a aussi suspendu les cours dans ses écoles (photo d'illustration). , © DIPTENDU DUTTA / AFP
Partagez sur :
"Nous avons fermé les frontières de l'Argentine parce que le coronavirus commence à affecter les pays limitrophes et parce qu'arrivent par les frontières terrestres des touristes qui viennent de zones à risque", a déclaré dimanche le président Alberto Fernandez, annonçant également la suspension des cours dans les écoles de son pays. 

Le président Alberto Fernandez a annoncé dimanche que l'Argentine fermait ses frontières et suspendait les cours dans tous les établissements d'enseignement pour contenir l'expansion de la pandémie de coronavirus.

 

"Le virus commence à affecter les pays limitrophes"

"Nous avons fermé les frontières de l'Argentine parce que le coronavirus commence à affecter les pays limitrophes et parce qu'arrivent par les frontières terrestres des touristes qui viennent de zones à risque", a déclaré Alberto Fernandez lors d'une conférence de presse à Buenos Aires après une réunion de son cabinet d'urgence. Il a précisé que la mesure visait seulement les entrées mais que les sorties du territoire restaient libres. La fermeture des frontières et la la suspension des cours seront en vigueur jusqu'au 31 mars.

Alberto Fernandez a en outre annoncé que les spectacles sportifs et musicaux étaient suspendus et les centres commerciaux fermés. Les matchs de la Ligue argentine de football - le sport le plus populaire dans ce pays - pourront se jouer à huis clos, comme cela s'est déjà produit ce week-end.

Des mesures de compensation à l'étude

Les personnes âgées de plus de 65 ans - statistiquement le groupe d'âge le plus gravement affecté par le coronavirus - seront priées de rester chez elles, a aussi dit le président Fernandez. Le gouvernement a annoncé que le cabinet économique et social se réunirait lundi pour étudier des mesures visant à pallier la réduction de l'activité économique en Argentine, pays qui est en récession depuis 2018 et où la pauvreté et le chômage sont en hausse.