Coronavirus : "La Chine affine le calcul et nous donne des éléments un peu plus robustes"

, modifié à
  • A
  • A
Environ 15.000 nouveaux cas de coronavirus ont été repérés dans le Hubei dans les dernières 24 heures. 3:00
Environ 15.000 nouveaux cas de coronavirus ont été repérés dans le Hubei dans les dernières 24 heures. © AFP PHOTO /CENTERS FOR DISEASE CONTROL AND PREVENTION/ALISSA ECKERT/HANDOUT
Partagez sur :
Plus de 15.000 nouveaux cas du coronavirus Covid-19 ont été annoncés au cours des dernières 24 heures dans la province du Hubei, en Chine. Un phénomène attribué par les autorités chinoises à une nouvelle méthode de comptage. Pour le virologue Bruno Lina jeudi sur Europe 1, il n'y a pas de quoi s'alarmer.
INTERVIEW

Avec plus de 15.000 nouveaux cas détectés dans la province du Hubei lors des dernières 24 heures, l'épidémie de coronavirus Covid-19 a connu un bond spectaculaire en Chine, jeudi. En parallèle, le bilan des victimes dans le Hubei s'est alourdi de 254 décès, pour un total de 1.367 morts en Chine. Les autorités chinoises attribuent ces chiffres en forte augmentation à une nouvelle méthode de comptage des cas. "La Chine est en train d'affiner le calcul et de nous donner des éléments qui sont peut-être un tout petit peu plus robustes par rapport à la réalité de l'épidémie là-bas", estime le virologue Bruno Lina jeudi sur Europe 1.

Un total de 60.000 cas en Chine continentale

Le dernier nombre de contaminations est de loin le chiffre le plus lourd enregistré en 24 heures depuis que la crise a débuté en décembre. Cela porte à près de 60.000 le total des contaminations dans l'ensemble de la Chine continentale. Pour Bruno Lina, grâce à cette "vision un petit peu plus large" fournie par la Chine, on prend désormais en compte un "panel d'infections", d'où l'augmentation du nombre de "diagnostics".

"il y a probablement des formes symptomatiques"

"Au départ, on a pensé que cette infection donnait essentiellement des formes très graves, puis on s'est rendu compte qu'il y avait des formes graves et modérées. Petit à petit, on est en train de voir qu'il y a probablement des formes symptomatiques, c'est-à-dire des personnes qui sont infectées et présentent quelques symptômes qui cèdent assez rapidement. Elles sont le reflet d'infections finalement pas graves", décrit-il.

Quant à la capacité de contagion du virus, Bruno Lina se veut rassurant et affirme que celui-ci n'est "probablement pas" plus contagieux qu'on ne l'estime pour le moment. "Pour ce qui est du délai d'incubation, on n'a pas aujourd’hui de données suffisamment robustes pour dire que ce qu'on a estimé être la durée d'incubation moyenne, c'est-à-dire entre deux et douze jours, ait vraiment changé", ajoute-t-il avant de conclure : "L'immense majorité des gens vont guérir de ce virus."

En France, un troisième patient, bordelais, est sorti de l'hôpital jeudi. Il avait été le premier cas détecté dans l'Hexagone.

Europe 1
Par Jonathan Grelier