Coronavirus : entre règles strictes et solidarité, la Serbie choie ses seniors

, modifié à
  • A
  • A
En Serbie, les plus de 65 ans sont tenus de porter gants et masques dans l'espace public. 1:21
En Serbie, les plus de 65 ans sont tenus de porter gants et masques dans l'espace public. © Jean-Sébastien Soldaïni pour Europe 1
Partagez sur :
En Serbie, le confinement a été particulièrement strict, notamment pour les personnes âgées qui ne pouvaient sortir de chez elles qu'à des heures bien précises. Certaines des mesures de précaution sanitaire perdurent à leur égard, comme a pu le constater le reporter d'Europe 1 dans les rues de Belgrade.
REPORTAGE

La Serbie a adopté des mesures très strictes pendant la crise sanitaire déclenchée par le Covid-19. Certaines perdurent encore, spécialement pour les personnes âgées. Ainsi, sur chaque trottoir de Belgrade, il est facile d’identifier les plus de 65 ans : ce sont ceux qui portent un masque et des gants.

Si cette mesure est uniquement obligatoire pour eux, Djuro relativise la contrainte. "Vous savez, j’ai connu la Seconde Guerre mondiale, alors un masque et des gants… Ce n’est pas un problème. En revanche, c’est la première fois que je ne connais pas mon ennemi, que je ne le vois pas", explique-t-il à Europe 1. "Nous sommes une population fragile, alors on écoute les médecins et on se protège", poursuit-il.

Un confinement beaucoup plus strict pour les seniors

Djuro ne se sent pas discriminé. Ratko non plus. Ce retraité observe les mêmes règles et pendant le confinement, il s’est vite accommodé de devoir rester enfermé chez lui avec pour seule heure de sortie autorisée : le dimanche de 4 heures à 7 heures du matin. "Les jeunes du quartier nous demandaient ce dont nous avions besoin pour manger par téléphone", raconte-t-il. "Beaucoup d’entre eux nous apportaient nos courses. C’était bien organisé."

Si les personnes âgées en Serbie auraient pu se sentir mises à l’écart au début de l’épidémie, la crise aura finalement rapproché les générations.

Europe 1
Par Jean-Sébastien Soldaïni, édité par Romain David