Commerce : Pékin confirme une visite des négociateurs américains lundi

  • A
  • A
Des négociateurs américains et chinois vont se rencontrer lundi et mardi pour "mettre en oeuvre l'important consensus obtenu lors de la rencontre en Argentine".
Des négociateurs américains et chinois vont se rencontrer lundi et mardi pour "mettre en oeuvre l'important consensus obtenu lors de la rencontre en Argentine". © BRENDAN SMIALOWSKI / AFP
Partagez sur :
Dans le cadre de leur trêve commerciale après une succession de hausses mutuelles de taxes, Pékin a confirmé vendredi que des négociateurs américains se rendraient en Chine lundi et mardi.

Le ministère chinois du Commerce a confirmé vendredi que des négociateurs des États-Unis se rendraient en Chine lundi et mardi pour le premier tête-à-tête entre les deux puissances depuis que les chefs d'État des deux pays se sont rencontrés début décembre pour tenter d'apaiser leur différend commercial.

Une rencontre pour mettre en oeuvre le consensus. Le représentant adjoint pour le Commerce Jeffrey Gerrish conduira la délégation américaine en vue de mener "une discussion active et constructive", a annoncé dans un communiqué le ministère. Les deux délégations s'efforceront de "mettre en oeuvre l'important consensus obtenu lors de la rencontre en Argentine" entre le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping, précise le communiqué.

Des signes de détente. Après des mois de hausses mutuelles des droits de douane sur leurs exportations respectives, les dirigeants des deux pays avaient convenu de se donner un répit de trois mois, jusqu'au 1er mars, pour laisser une chance à la négociation. Plusieurs gestes de conciliation ont été effectués depuis, la Chine annonçant par exemple qu'elle suspendrait au 1er janvier, pour trois mois, les surtaxes douanières imposées aux voitures et pièces automobiles importées des États-Unis. Elle a passé en outre plusieurs grosses commandes de soja américain. Pékin a par ailleurs donné son accord à l'importation de riz américain.

Également une question de "vol" de technologies. Mais le différend dépasse de très loin la simple question de l'énorme déficit commercial des États-Unis envers la Chine. Washington accuse ainsi Pékin de "voler" ses innovations afin de devenir un champion du monde technologique, et exige des avancées en matière de protection de la propriété intellectuelle en Chine.