"C'est notre bouffée d'oxygène" : ces Français qui profitent des pistes de ski suisses

  • A
  • A
Station de ski en suisse remontée mécanique montagne 1:28
En suisse, remontées mécaniques, bars et restaurants restent ouverts. © Fabrice COFFRINI / AFP
Partagez sur :
Europe 1 s'est rendue dans le domaine des Portes du Soleil, à la rencontre des vacanciers français qui sont partis skier en Suisse, malgré les recommandations du gouvernement. Ils devront notamment effectuer un test PCR quelques jours avant de prendre le chemin du retour, en raison des contrôles.
REPORTAGE

En Suisse, quelques Français privilégiés profitent des stations de sports d'hiver ouvertes, alors que les remontées mécaniques demeurent toujours fermés dans l'Hexagone en raison des restrictions sanitaires liées au Covid-19. Malgré les recommandations du gouvernement, ces vacanciers ont pris le risque de traverser la frontière pour aller dévaler les pentes, notamment celle de Morgins dans le domaine franco-suisse des Portes du Soleil.

Un air de monde d'avant

"On pensait vraiment ne pas pouvoir skier en 2020. Mais nous avons pu venir", explique à Europe 1 Aurélie en déchaussant ses skis. Elle a franchi la frontière pour s'offrir quelques jours de glisse avec ses parents, David et Magali, comme dans le monde d'avant.

"C'est comme dans un film. En France on ne peut rien faire, et de l'autre côté on revit", explique son père. "Ski, restaurants… après des mois de travail confiné, ça fait du bien de se lâcher", ajoute-t-il. "C'est aussi notre bouffée d'oxygène de l'année. On a choisi notre santé morale avant tout", argue la mère.

"Deux jours avant le départ j'irai faire un test PCR"

Un plaisir loin d'être gâché par le port du masque sur les remontées mécaniques, ni par les contrôles aléatoires au retour. "De toute façon, deux jours avant le départ j'irai faire un test PCR avec ma femme et mon plus grand fils. C'est le prix à payer pour skier !", lâche Mohamed.

Sur le parking de la station, de nombreuses voitures arborent des plaques d'immatriculation françaises. Mais avant de repartir, certains voyageurs comptent aussi profiter des bars et restaurants toujours ouverts côté helvète.

Europe 1
Par Hélène Terzian, édité par Romain David