Biden appelle les Américains à "se rassembler" pour surmonter "la colère"

  • A
  • A
Biden, Joe Biden
Joe Biden s'exprimait vendredi soir depuis son fief du Delaware. © Angela Weiss / AFP
Partagez sur :
Le candidat démocrate à la Maison Blanche Joe Biden a appelé vendredi soir les Américains à "se rassembler" pour surmonter "la colère", alors qu'il semble proche de remporter l'élection face à Donald Trump, qui de son côté a dénoncé un scrutin "volé".

"Il est temps de nous rassembler", a déclaré vendredi soir l'ancien vice-président de Barack Obama lors d'une brève allocution, toujours dans l'attente du résultat du scrutin présidentiel. "Mes chers Américains, nous n'avons toujours pas de déclaration finale d'une victoire mais les chiffres offrent une tableau clair et convaincant: nous allons gagner cette élection", a-t-il ajouté, se montrant confiant, comme la veille, sur l'issue du dépouillement interminable.

 

"Nous gagnons dans l'Arizona et le Nevada"

Joe Biden, 77 ans, a souligné l'avancée du comptage en sa faveur lors des dernières 24 heures, en rappelant qu'il était depuis passé devant Donald Trump dans les dépouillements encore en cours dans les Etats-clés de la Pennsylvanie et de la Géorgie. Il a affirmé qu'il allait remporter ces deux Etats. "Nous gagnons dans l'Arizona. Nous gagnons dans le Nevada", a-t-il ajouté.

"Nous sommes en bonne voie de décrocher 300 grands électeurs", a affirmé le candidat démocrate. Soit bien au-delà du "chiffre magique" de 270 grands électeurs, la majorité du collège électoral, ouvrant les portes de la Maison Blanche.

 

"Ces dépouillements ne sont pas que des chiffres"

Comme la veille, il a toutefois appelé à la patience, risquant même une pointe d'humour en parlant du goutte-à-goutte de résultats qui tombent depuis mardi et fascine, ou irrite, les Américains. "Je sais que regarder ce comptage de vote augmenter doucement à la télévision peut être abrutissant", a-t-il lâché, avant de reprendre un ton présidentiel, interrompu par quelques bafouillages : "Mais n'oubliez jamais, ces dépouillements ne sont pas que des chiffres, ils représentent des votes. Des hommes et femmes qui ont exercé leur droit fondamental".

Soulignant aussi le lourd bilan de la pandémie de Covid-19 aux Etats-Unis, avec plus de 235.000 morts, il a promis de mettre en œuvre dès le "premier jour" de sa présidence son plan d'action contre le virus. "Cela ne pourra pas sauver les vies qui ont été perdues mais cela sauvera des vies ces prochains mois", a-t-il affirmé, sa colistière Kamala Harris se tenant à ses côtés, masquée, sans prononcer de discours comme la veille.