Un vin corse attaqué en justice par Coca-Cola, qui l’accuse de lui avoir volé sa formule

  • A
  • A
Coca-Cola 1:17
Le géant américain accuse en effet le Coca Mariani d'avoir volé la recette légendaire de sa boisson (Illustration). © JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :
Le géant américain Coca-Cola accuse un petit vin corse à la feuille de coca et à base d'un cépage local, le Coca Mariani, d'avoir volé la recette légendaire de sa boisson. Des accusations que le propriétaire actuel de l'entreprise réfute. L'Office européen de la propriété intellectuelle a été chargé du dossier.

Ça ressemble à une guerre entre David et Goliath. La multinationale américaine Coca-Cola n'apprécie pas vraiment un petit vin produit sur l'île de Beauté à base de plante de coca et d'un cépage local. Le géant américain accuse en effet le Coca Mariani d'avoir volé la recette légendaire de sa boisson. Toute la question est donc désormais de savoir si les secrets de fabrication du Coca Cola ne seraient pas nés en France et qui s'est réellement inspiré de l'autre.

Car le Coca Mariani a bien existé avant le fameux soda américain, dès 1863. Il s'agissait de feuilles de coca macérées dans du vin de Bordeaux. Une boisson alors devenue mondialement connue, vantée pour ses vertus thérapeutiques, et même bue par des papes ou des rois.

"On était là 25 ans avant eux"

Le président actuel de l'entreprise, Christophe Mariani, assure que le Coca-Cola est né de ce vin pétillant français. "On était là 25 ans avant eux. En 1885, John Pemberton, un Américain préparateur en pharmacie, décide de copier ce vin tonique Mariani, puis à la fin des année 1885 arrive la Prohibition. Il est alors obligé de changer sa formule, d'enlever le vin et de créer une boisson qu'on connaît aujourd'hui, qui s'appelle Coca-Cola", assure le gérant.  

L'entreprise américaine, de son côté, ne souhaite pas faire de commentaire. Le dossier est actuellement entre les mains de l'Office européen de la propriété intellectuelle mais la guerre des marques, elle, est bien ouverte entre la Corse et les Américains.

Europe 1
Par Carole Ferry, édité par Manon Fossat