Six membres d'un groupuscule d'ultradroite interpellés pour un projet d'attentat

, modifié à
  • A
  • A
Six membres d'un groupe néonazi ont été arrêtés mardi. 1:08
Six membres d'un groupe néonazi ont été arrêtés mardi. © AFP
Partagez sur :
Six personnes faisant partie d'un groupe d'ultradroite ont été interpellées mardi dans le Doubs et le Bas-Rhin selon une source judiciaire et une source proche du dossier. Elles envisageaient de commettre un attentat, probablement au sein d'une loge maçonnique. Trois d'entre-elles pourraient être mises en examen vendredi. 

Six membres d'un groupuscule néonazi, soupçonnés d'un projet d'attentat contre une loge maçonnique, ont été interpellés mardi dans le Doubs et le Bas-Rhin, ont indiqué vendredi une source judiciaire et une source proche du dossier, confirmant une information de BFMTV. Trois d'entre eux, deux hommes et une femme âgés de 29 à 56 ans, sont présentés ce vendredi à un juge d'instruction parisien en vue d'une éventuelle mise en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle", selon la source judiciaire. Les trois autres, deux hommes et une femme également, ont été libérés sans poursuite à ce stade. 

Interpellés après des recherches sur d'éventuels explosifs

Selon une source proche du dossier, les personnes mises en cause sont soupçonnées d'avoir voulu préparer une action violente, potentiellement contre une loge maçonnique. Le projet ne semblait toutefois pas imminent. Elles ont été interpellées à la suite d'échanges entre elles, et notamment parce qu'elles faisaient des recherches sur d'éventuels explosifs et avaient effectué des repérages.

Ces individus sont des admirateurs d'Adolf Hitler et du IIIe Reich. Ils sont membres d'un groupuscule d'ultradroite appelé "Honneur et nation". Celui-ci était dans le collimateur de la justice. Le parquet national antiterroriste (Pnat) avait ouvert une enquête préliminaire en février 2021 sur les activités de ce groupuscule d'ultradroite. Certains membres du groupe étaient en contact avec Rémy Daillet, figure complotiste mis en cause dans l'affaire Mia.

Europe 1
Par Guillaume Biet avec AFP