Drame de Sept-Sorts : l'effroyable mode opératoire d'un désespéré

, modifié à
  • A
  • A
Les lieux du drame ont été sécurisés toute la nuit afin de laisser travailler les enquêteurs. © Thomas Samson / AFP
Partagez sur :

Si le mode opératoire a pu laisser penser à une attaque terroriste, le drame de lundi soir à Sept-Sorts serait en fait une terrible tentative de suicide.

Lundi, peu après 20 heures, dans le village de Sept-Sorts, près de La Ferté-sous-Jouarre, en Seine-et-Marne, un homme de 32 ans est sorti de la route sur laquelle il roulait dans sa BMW pour foncer sur une pizzeria, tuant une jeune fille et faisant plusieurs blessés. Cinq jours après l'attaque à la voiture-bélier contre des militaires à Levallois-Perret, la prudence était de mise sur la nature du geste de l'automobiliste. Mais il n'a pas fallu très longtemps aux gendarmes et à la justice pour écarter la piste d'un attentat. 

Un homme aux velléités suicidaires. Rapidement, les enquêteurs ont en effet été frappés par les premières déclarations du meurtrier, inconnu de la justice et des services de renseignement. En garde à vue, le jeune homme, âgé de 32 ans, a expliqué avoir tenté de se donner la mort la semaine dernière, et décidé de recommencer avec ce terrible mode opératoire.

Sous l'emprise de stupéfiants. Les gendarmes de la section de recherches de Paris ont rapidement eu la conviction que le conducteur de la BMW était sous l'effet de la drogue. Ils ont aussi été très sceptiques lorsque ce Français né en 1985 leur a indiqué qu'une kalachnikov se trouvait dans son coffre. Les démineurs qui ont agi sur place n'y ont rien trouvé, ni arme, ni dispositif explosif.

Une enquête ouverte. À minuit, le procureur de Meaux a officiellement mis de côté la thèse d'un acte terroriste. "À ce stade de l'enquête, j'écarte le mobile terroriste", a-t-il déclaré. Les enquêteurs sont restés sur les lieux du drame pour comprendre comment et pourquoi le meurtrier a propulsé sa voiture dans la devanture de cette pizzeria.

L'homme se trouvait toujours en garde à vue mardi après-midi. Une enquête de flagrance a été ouverte pour homicide volontaire avec arme, tentative d'homicide volontaire avec arme et conduite sous l'emprise de produits stupéfiants.

Les + lus