Attaque à Nice : un homme interpellé, soupçonné d'avoir été en contact avec l'assaillant

, modifié à
  • A
  • A
Trois personnes sont décédées lors de l'attaque de la basilique de Nice.
Trois personnes sont décédées lors de l'attaque de la basilique de Nice. © VALERY HACHE / AFP
Partagez sur :
Après l'attentat de la basilique Notre-dame-de-l'Assomption à Nice, où trois personnes ont perdu la vie, un homme de 47 ans a été placé en garde à vue. Il est soupçonné d'avoir échangé avec l'assaillant la veille de l'attaque. 

Un homme de 47 ans, soupçonné d'avoir été en contact avec l'assaillant qui a tué trois personnes dans la basilique Notre-Dame-de-l'Assomption de Nice, a été placé en garde à vue jeudi soir, a-t-on appris vendredi de source judiciaire. L'auteur présumé de l'attaque mortelle au couteau contre un homme et deux femmes est un Tunisien de 21 ans, arrivé en France courant octobre depuis l'Italie. L'homme placé en garde à vue est soupçonné d'avoir été en contact avec lui la veille des faits, ont indiqué la source judiciaire et une source proche du dossier, confirmant une information du quotidien Nice-Matin.  La source proche du dossier a toutefois appelé à la prudence quant à la nature de leurs échanges. Selon une seconde source proche du dossier, l'homme a été interpellé à 21h50.

L'auteur de l'attaque inconnu des services de renseignements

Dans la basilique, les enquêteurs ont trouvé l'arme du crime, un couteau avec une lame de 17 cm, selon Jean-François Ricard. Un sac d'effets personnels, un coran et deux téléphones, ainsi que deux couteaux non utilisés ont également été découverts. L'assaillant, inconnu des services de renseignements, a été identifié par un document de la Croix-Rouge italienne. Selon les premières investigations, il est arrivé en Europe par l'île italienne de Lampedusa le 20 septembre, avant de débarquer sur le continent à Bari le 9 octobre.

L'enquête, ouverte par le parquet national antiterroriste notamment pour "assassinats et tentatives d'assassinat terroristes", est coordonnée par la Sous-direction antiterroriste (Sdat). 

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP