Agressé à répétition, le frère de Nordahl Lelandais veut changer de nom

  • A
  • A
Nordahl Lelandais est mis en examen pour l'assassinat de la petite Maëlys, ce qui a des conséquences pour son frère.
Nordahl Lelandais est mis en examen pour l'assassinat de la petite Maëlys, ce qui a des conséquences pour son frère. © PHILIPPE DESMAZES / AFP
Partagez sur :
Sven Lelandais, 38 ans, est agressé "presque tous les jours", selon son avocat. Et réclame donc un changement de prénom et de nom.

Deux hommes ont été condamnés lundi par le tribunal de Chambéry pour avoir insulté et frappé le frère de Nordahl Lelandais, une énième agression qui a poussé la victime à demander un changement de nom, a-t-on appris mardi auprès de son avocat.

Les deux hommes s'en étaient pris dans la rue à Sven Lelandais, 38 ans, le 1er février à la Bridoire, a indiqué Me Marc Dereymez à l'AFP, confirmant une information du Dauphiné Libéré. Ils l'avaient insulté, explicitement en tant que frère de Nordahl Lelandais, mis en examen pour l'assassinat d'un jeune homme, le caporal Arthur Noyer, et le meurtre d'une petite fille, Maëlys, et pour des agressions sexuelles sur des fillettes de sa famille, des faits commis en 2017. Ils l'avaient ensuite roué de coups. Sven Lelandais avait eu une ITT de quatre jours, selon son avocat.

La "bêtise humaine qui fait qu'on se paie les proches"

"Mon client a subi déjà de multiples agressions, celle-ci étant une des plus graves, et n'en a pas signalé beaucoup, car sinon ce serait presque tous les jours", a ajouté l'avocat. En conséquence, Sven Lelandais, qui exerce la profession de saisonnier, a demandé à changer de prénom et de nom. L'avocat a indiqué que la procédure était en cours. Le changement de prénom fait l'objet d'une requête devant le maire de la commune et le changement de nom d'une autre auprès du Garde des Sceaux. L'avocat a déploré "cette bêtise humaine qui fait qu'on se paie les proches" d'un meurtrier présumé. 

Les parents de Nordahl Lelandais en revanche ne souhaitent pas entreprendre la même démarche, a déclaré à l'AFP leur avocat, défenseur également de leur fils Nordahl, Me Alain Jakubowicz. "Les parents ne veulent absolument pas changer de nom, en aucune façon", a-t-il assuré.