Ligue des champions : le PSG change de dimension

  • A
  • A
2:43
L'édito sport est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

Chaque jour, la matinale d'Europe 1 revient sur l'un des événements sportifs qui fait l'actualité. Ce mercredi, Virginie Phulpin revient sur la qualification du PSG en demi-finale de la Ligue des champions malgré une défaite 1-0 ce mardi soir face au Bayern de Munich. Selon elle, les Parisiens ont encore changé de dimension ce mardi soir.

Le PSG est en demi-finale de la Ligue des Champions. Les Parisiens ont été battus un à zéro par le Bayern Munich ce mardi, mais ce sont bien eux qui se qualifient en éliminant le champion en titre. Pour Virginie Phulpin, ils ont encore changé de dimension ce mardi soir.  

Après leur finale l’an dernier, voilà les Parisiens en demi-finale. Deux fois de suite dans le dernier carré de la Ligue des Champions, mine de rien ça vous pose une équipe. Le PSG rejoint les deux seuls autres clubs français à avoir réussi un tel exploit. St Etienne dans les années 70 et l’OM au début des années 90. Les références absolues, ces équipes qui ont fait vibré la France et dont on relate aujourd’hui encore les épopées avec fierté et nostalgie. Les Parisiens des années 2020 sont de cette trempe-là.  

Ils s’installent aussi à la table du gratin européen. L’an dernier, ils ont atteint la finale, mais il y avait toujours quelqu’un pour dire que oui, mais c’était une édition spéciale, sans matches allers-retours à partir des quarts de finale. Et puis oui, les Parisiens sont peut-être allés en finale, mais ils n’avaient eu que l’Atalanta et Leipzig sur leur route, pas franchement des ogres européens.

Là, on est dans une configuration normale, et ils viennent de sortir coup sur coup le FC Barcelone de Messi et le Bayern Munich champion en titre, dans des matches aller-retour. Ca va, c’est assez bling-bling, comme tableau de chasse ? On peut donc arrêter avec les "oui, mais". Cette équipe-là fait partie des meilleures, elle peut battre tout le monde, et il n’y a plus de mais qui tienne. 

"Oui, mais" : cette équipe n’a encore rien gagné.  

Certes. Mais il y a quand même un grand changement. Si le PSG avait remporté la Ligue des Champions l’an dernier, par exemple, ça aurait été une sorte de divine surprise. Alors qu’aujourd’hui, les Parisiens sont installés parmi le gotha, et quand les planètes s’aligneront, pourquoi pas cette année, les voir soulever le trophée ne surprendra personne.

Alors ça a l’air très froid comme ça, mais c’est tout sauf froid. On a tremblé pendant 90 minutes ce mardi soir, il y a eu des éclairs incroyables dans le jeu, un manque de réussite flagrant, des joueurs qui se sont battus comme des morts de faim, et la libération à la fin. Cette équipe n’arrive pas à gagner chez elle, elle est contestée au niveau national. Depuis le début de la saison, elle alterne le pas terrible et le magique, mais elle avance. Elle construit son histoire européenne contre vents et marées.

Il y a de l’action, de l’émotion et des résultats. Donc oui, cette équipe n’a encore rien gagné, à part les cœurs des supporters et le respect des adversaires. Et c’est déjà un grand pas.