Questionnaire de Max Frisch et Sempé à New York

  • A
  • A
Le livre du jour est une chronique de l'émission Le grand journal du soir
Partagez sur :

Chaque soir, Nicolas Carreau nous emmène à la découverte des plus belles nouveautés littéraires.

 

Questionnaires de Max Frisch et Sempé à New York

Toujours à la recherche du livre parfait à offrir pour Noël. Deux petits livres qui posent de grandes questions.

Oui. Avec d’abord un tout petit livre. Il est régulièrement réédité, c’est Eva Roque qui me l’a offert. C’est génial. C’est un OLNI, un objet littéraire non identifié. Ça s’appelle Questionnaires, par Max Frisch, grand écrivain suisse de langue allemande.  Il aimait les grandes questions, les questionnaires et les notait dans son journal, sur des bouts de page. Ce tout petit livre (10X12) reproduit ces journaux. Avec en haut de la page, la question, puis le vide en-dessous, pour y répondre, éventuellement.

Quels genres de questions pose-t-il ?

Du genre qui peuvent rester dans la tête et prendre la tête toute la journée. "Etes-vous certain que la conservation de l’espèce humaine, une fois disparus toutes vos connaissances et vous-même, vous intéresse réellement ?" ou "Qui auriez-vous préféré ne jamais rencontrer ?". "Aimeriez-vous posséder la mémoire absolue ?" ou celle-ci, je l’aime beaucoup : "Quand avez-vous cessé de croire que vous deveniez plus intelligent, ou bien le croyez-vous encore ? Indiquez l’âge".

Quel est le second cadeau ?

Encore un vrai cadeau qui fait plaisir, Sempé à New York aux éditions Denoël. Sempé, il peut changer des vies, vous savez. Et lui aussi pose de grandes questions par ses dessins, sur la solitude notamment. Comme dans ce dessin où une toute petite fille danse au milieu d’une gigantesque salle de danse, ou ces deux messieurs installés avec leur trombone devant une piscine, seuls à deux. Il y a des Unes du New Yorker dessinées par Sempé, des dessins dans tous les sens, et un entretien de Sempé aussi. Dans un format compact, très agréable.

Sempé à New York, aux éditions Denoël.