Quand on nourrit l’imaginaire de tous les artifices, c’est la tristesse qu’on alimente

, modifié à
  • A
  • A