Les caisses automatiques favoriseraient les vols dans les supermarchés

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le monde bouge est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie. Mardi, il évoque la liberté laissée aux consommateurs qui utilisent les caisses automatiques et qui peuvent en abuser.

Les caisses automatiques dans les supermarchés laissent une certaine liberté aux consommateurs mais certains en abusent.

On peut par exemple parler du "coup de la banane". Au rayon fruits et légumes, au moment de peser son article, on appuie sur "banane" au lieu de sélectionner les girolles à 30 euros le kilo que l'on a choisi ou les délicieuses fraises des bois bien plus chères. À la caisse, on paye donc ses 200 grammes de girolles au prix de la banane.

Et cela peut aller plus loin. L'Est Républicain rapporte qu'à Montbéliard un jeune homme de 19 ans a ainsi pesé une console de jeux vidéo PS4 au rayon fruits et légumes. Il a alors payé 9,29 euros une console qui en valait 340 euros. Sauf qu'il a recommencé le lendemain et s'est fait prendre.

Selon une étude anglaise qui a mesuré le phénomène, le taux de fraudes dépasse les 3%, soit trois fois plus que la fraude normale en magasin qui est d'un peu plus de 1%. Pour le mesurer, il suffit de comparer ce qui a été soi-disant vendu en caisse automatique avec ce qu'il y a en stock pour constater que cela ne correspond pas.

En Australie, un commerçant s'est ainsi rendu compte qu'à en croire, la caisse, il avait vendu énormément de carottes, bien plus que ce qu'il avait en stock. En fait, les clients sélectionnaient "carotte" en pesant autre chose.

Ce phénomène pourrait remettre en cause le déploiement des caisses automatiques. On n'a visiblement aucun scrupule à escroquer une machine, ce qui marque la limite de la robotisation. Certains clients expliquent qu'après tout, puisqu'ils font le travail, ils peuvent bien s'accorder une ristourne. Cela milite pour la présence de l'humain... ou de vidéo-surveillance dans les supermarchés.